Algérie 1

Icon Collap
...

Urgence d’une nouvelle gouvernance et de nouvelles intermédiations pour la gestion des tensions sociales en Algérie

06-02-2021 09:53  Pr Abderrahmane Mebtoul

L’épidémie du coronavirus  et la chute du cours des hydrocarbures a mis en évidence la vulnérabilité de l’économie algérienne assise  essentiellement sur la rente des hydrocarbures qui irrigue toute la société. Dire qu’aujourd’hui que la situation   économique et sociale en Algérie est préoccupante constitue un euphémisme, expliquant actuellement les vives tensions sociales ( voir notre interview parue dans le quotidien international lemonde.fr  Paris- 05/02/2021). L’illusion d’une rente éternelle, du fait d’une panne d’idées, ne peut que conduire le pays à l’impasse..

1.-L’Algérie traverse une crise de gouvernance

Le constat de la situation actuelle concerne la gouvernance où les différents scandales financiers en Algérie,  touchent l'ensemble des secteurs publics et privés,  dépassant souvent l'entendement humain du fait de leur ampleur.  Un ancien premier ministre ayant présidé aux destinées du pays pendant plus de 20 ans qui demandait à la population l’austérité, déclare publiquement  qu’il se livrait à la vente de lingots d’or au marché noir suite aux cadeaux reçus  de l’étranger pour services rendus, accentuant le divorce Etat-citoyens. Ces constats témoignent de la désorganisation des appareils de  l'Etat censés contrôler les deniers publics et surtout le manque de cohérence entre les différentes structures où le président de la république Abdelmadjid Tebboune  récemment en janvier 2021 a mis en relief le résultat mitigé de l’action gouvernementale.  Aussi, s’impose une nouvelle politique et  la moralisation  de la société  du fait que la corruption constitue un  frein à l’investissement national ou international créateur de valeur ajoutée.

Selon Transparency International dans son rapport de janvier 2021 pour l’Algérie,  a majorité des institutions administratives et économiques sont concernés par ce cancer de la corruption. L’on sait que les auteurs de l’IPC considèrent qu’une note inférieure à 3 signifie l’existence d’un « haut niveau de corruption, entre 3 et 4 un niveau de corruption élevé, et que des affaires saines à même d’induire un développement durable ne peuvent avoir lieu, cette corruption favorisant surtout les activités spéculatives. Le  rapport de janvier 2021,  concernant l’année  2020,  classe l’Algérie à la 104ème place sur 180 pays avec une note de 36 sur 100. Certes, à   court terme, bien que la situation soit difficile avec les tensions budgétaires, contrairement aux supputations de certains méconnaissant la morphologie sociale, ou de certains faisant peur avec le calcul de préserver le statu quo en différant les réformes nécessaires versant toujours dans l'alarmisme, sans proposer de solutions réalistes, l’Algérie connait certes une  crise financière avec la baisse drastique des réserves de change et de vives tensions budgétaires  mais souffre surtout d’une mauvaise gouvernance, expliquant els risques de vives tensions sociales en 2021.

Il suffit d'aller enquêter dans les quartiers d'Algérie et de recueillir les sentiments des citoyens, loin des bureaux climatisés de nos bureaucrates, pour constater qu'il existe une véritable crise morale, un sentiment d'injustice sociale et de révolte latente surtout d'une jeunesse désespérée de son avenir..  La situation peut être maîtrisable, sous réserve d'une plus grande rigueur budgétaire et d'une lutte contre les surcoûts, le gaspillage et la corruption renvoyant. Faute de réformes structurelles, évitant les replâtrages, le retour au FMI sera inévitable à l'horizon 2022 avec d'inévitables tensions sociales et politiques avec des incidences géostratégiques facteur de déstabilisation de toute la région méditerranéenne et africaine (voir notre interview 28/12/2017 à  American Herald Tribune).

2.- L’Algérie a besoin d’un   système partisan et d’une société civile, connectés à  la société

Les partis politiques  traditionnels et la société civile appendice  du pouvoir vivant par la rente sont souvent incapables de servir d’intermédiation politique et sociale, car non crédible aux yeux de la population  où en cas de malaise les forces de sécurité se retrouvent seuls en face  des citoyens.  D’où l’importance de comprendre la nouvelle cartographie sociale afin de faire émerger  de nouvelles forces politiques et sociale. Les partis traditionnels avec un  nombre impressionnants de micro partis créés pour la circonstance, moyennant une rente,   se manifestent ire lors des élections meublant le vide, impuissant presque toujours à agir sur le cours des choses et à formuler clairement les préoccupations et les aspirations de la société réelle. En raison des crises internes qui les secouent périodiquement, du discrédit qui frappent la majorité d’entre elles, de la défiance nourrie à leur égard et à l’endroit du militantisme partisan, les formations politiques actuelles ont une faible capacité aujourd’hui de faire un travail de mobilisation et d’encadrement efficient, de contribuer significativement à la socialisation politique et donc d’apporter une contribution efficace à l’œuvre de redressement national.

Ce sont là des raisons suffisamment importantes pour envisager sérieusement de réorganiser le système partisan pour qu’il puisse remplir la fonction qui est la sienne dans tout système politique démocratique. D’où l’urgence de sa restructuration loin des injonctions administratives. En effet, le discrédit qui frappe les formations politiques doit laisser la place à des formations crédibles non crées artificiellement supposant une appréciation objective du statut et du rôle qui doivent être les leurs dans une société qui ambitionne de rejoindre le rang des sociétés démocratiques et afin de mobiliser la société d’autant plus que pour les années à venir, les réformes différées pour une paix sociale fictive, transitoire, seront très douloureuses. Quant à la société civile force est de constater qu’elle est éclatée y compris certaines confréries religieuses qui avec la désintégration sociale et une jeunesse parabolée ont de moins en moins d’impacts contrairement à une vision du passé.  Comme pour les partis, la majorité  se manifeste que sur instrumentalisation, vivant du transfert de la rente et non sur la base des cotisations de leurs adhérents.

C’est que la confusion qui prévaut actuellement dans le mouvement associatif national rend malaisée l’élaboration d’une stratégie visant à sa prise en charge et à sa mobilisation. Sa diversité, les courants politico-idéologiques qui la traverse et sa relation complexe à la société et à l’Etat ajoutent à cette confusion. Constituée dans la foulée des luttes politiques qui ont dominé les premières années de l’ouverture démocratique, elle reflétera les grandes fractures survenues dans le système politique national. Ainsi la verra-t-on rapidement se scinder en quatre sociétés civiles fondamentalement différentes trois au niveau de la sphère réelle et une dominante dans la sphère informelle. Le plus gros segment, interlocuteur privilégié et souvent l’unique des pouvoir publics sont des sociétés civiles appendice du pouvoir se trouvant à la périphérie des partis du pouvoir où les responsables sont parfois députés, sénateurs, vivant en grande partie du transfert de la rente. Nous avons une société civile ancrée franchement dans la mouvance islamiste, certains segments étant l’appendice de partis islamiques légaux. Nous avons une société civile se réclamant de la mouvance démocratique, faiblement structurée, en dépit du nombre relativement important des associations qui la composent, et minée par des contradictions en rapport, entre autres, avec la question du leadership.

Et enfin nous avons une société civile informelle, inorganisée, qui s’est retrouvée au niveau d’Al Hirak,    atomisée qui est de loin la plus active et la plus importante, formant un maillage dense, tous les acteurs voulant un changement, mais du fait de tendances idéologiques contradictoires incapables  de s’entendre sur  un programme de gouvernement cohérent. Sans l’intégration intelligente de la sphère informelle, non par des mesures bureaucratiques autoritaires, mais par l’implication de la société elle même, il ne faut pas compter sur une réelle dynamisation de la société civile. Car lorsqu’un Etat veut imposer ses propres règles déconnectées par rapport aux pratiques sociales, la société, enfante ses propres règles qui lui permettent de fonctionner avec ses propres organisations. La dynamisation de la société civile afin d’en faire un instrument efficace d’encadrement de forces vives et un levier puissant de leur mobilisation en vue de leur implication active dans la société n’a de chance de réussir que si le mouvement associatif qui le compose ne soit pas au service d’ambitions personnelles inavouables et parfois douteuses.

3.-La nécessaire cohésion sociale 

Il y a lieu de distinguer plusieurs formes de protections sociales . Outre toutes les entités religieuses d’assistance qui dans les sociétés traditionnelles jouent un rôle souvent important, fondamentalement nous avons quatre institutions qui jouent un rôle décisif dans la couverture des risques de l’existence, et ceci d’une manière à la fois concurrente, complémentaire et solidaire : la famille et la tribu, l’entreprise, les marchés et l’Etat.   Premièrement, la famille et la tribu peuvent être considérées, d’un point de vue économique, comme une «petite société d’assurance», où l’on mutualise les risques. Encore que la contraction de la famille élargie, le développement de l’instabilité familiale, l’éclatement des tribus pour des raisons de mutations sociologiques et économiques surtout avec l’exode et le taux d’urbanisation ont en quelque sorte appelée de nouvelles formes d’interventions de l’Etat, qui avec des moyens financiers limités a accentué le divorce Etat/citoyens.  Deuxièmement l’entreprise est appelée à l’avenir à jouer comme facteur de gestion des risques de l’existence. Cette question du partage des risques ouvre le débat concernant le développement d’un nouveau mode de développement, ni capitalisme sauvage, ni bureaucratie-étatique, fondé à la fois certes sur l’efficacité mais également sur une profonde justice sociale.  Le troisième acteur  de la protection sociale, ce sont les marchés. .. L’épargne, l’assurance et la prévoyance ont été posées dès le début du XIXe siècle comme le principal moyen de se protéger contre les risques de l’existence. Quatrièmement, entre ces trois ensembles d’institutions famille/tribus, entreprise, marchés, intervient l’Etat dont la fonction a largement évolué en tant qu’institution en intervenant en matière de protection sociale comme employeur, pour aménager le statut des fonctionnaires et avec l’institution de la Sécurité sociale, l’Etat fait de la protection sociale une de ses fonctions fondamentale. L’action de ces différents acteurs doivent s’insérer dans le cadre d’une vision stratégique conciliant l’efficacité économie et une profonde justice sociale, impliquant  de parfondes  réformes institutionnelles et l’optimalisation de la dépense publique, ’une urbanisation maîtrisée , actuellement anarchique avec des coûts directs et indirects faramineux,  de la protection de l’environnement et du cadre de vie qui se dégradent de jour en jour Pour rapprocher l’Etat du citoyen, il ne suffit pas  de créer encore d’autres entités administratives, vision, bureaucratique  mais de réaliser une véritable  décentralisation autour de cinq à six grands pôles régionaux,  à ne pas confondre ni  avec l'avatar néfaste du régionalisme et ni avec la déconcentration qui renforce la bureaucratisation. La vision centralisatrice jacobine annihile les créativités et la régionalisation économique est une voie salutaire pour bon nombre de pays évitant l’autoritarisme d’en haut de peu d’efficacité tant économique que sociale impliquant des institutions appropriées.  

Dès lors, s’impose une réorganisation du pouvoir local dont la base est la commune, pour une société plus participative et citoyenne.  Les collectivités locales doivent se préparer à une mutation radicale devant faire passer du stade de collectivités locales providences à celui de collectivités entreprises responsables de l’aménagement du développement et du marketing de leur son territoire.   Pour répondre à cet enjeu majeur, on doit miser sur la valorisation du territoire et l’organisation du développement autour d’espaces équilibrés et solidaires (éco- pôle) qui regrouperaient universités- centres de recherche- entreprises- chambres de commerce- administrations, Il ya urgence de la mise en place de nouveaux mécanismes de régulations sociales devant revoir la gestion des caisses de retraite et de la sécurité sociale qui risquent l’implosion , les subventions  devant  être ciblées. L’avenir est dans une plus grande flexibilité de la force de travail reposant sur une formation permanente et notamment dans les gisements importants d’emplois sur les activités de services, des emplois de proximité, ce qui impliquera le développement important dans les années à venir des services marchands rendus nécessaires par l’élévation du niveau de qualification.

En conclusion,

L’Algérie est un grand pays et a toutes les potentialités de relever les nombreux défis, devant définir  clairement les objectifs stratégiques car un  pays qui veut se développer doit préparer les choix qui permettent d’en saisir les conséquences qui doivent indiquer :   comment se pose le problème ; -quelles sont les contraintes externes (engagements internationaux de l’Algérie):  -quels sont les contraintes socio-économiques, financières   et techniques internes ;  -quels sont les choix techniquement possibles et les ensembles de choix cohérents et quelles sont les conséquences probables de ces choix,  -quelles méthodes de travail choisir qui permettent  de déterminer les paramètres (moyen et long terme) et  les  variables ( court terme)  dont dépend un système complexe.

Après avoir décomposé la difficulté en éléments simples, il convient de se poser des questions et apporter des réponses opérationnelles, loin des théories abstraites, réalisations physiques et plan de financement sur chacun des éléments -Quoi ?-Qui ?- Où ? – Quand ?– Comment ?– Combien ? Pourquoi ?  Comment faire ? Dans cette conjoncture de tensions budgétaires et sociales s’impose également un large front national regroupant toutes les  forces politiques, sociales et économiques et donc  des  intermédiations politiques et sociales crédibles, loin de ces organisations rentières,   entre les citoyens  et l’Etat afin de  trouver des solutions opérationnelles loin des promesses utopiques. Cela implique la réforme du système politique mais également économique solidaire, dont la réforme de l’administration centrale et locale  afin de lutter contre la bureaucratie paralysante enfantant  la sphère informelle et la corruption. Sur le plan économique, une des réformes majeure est celle   du système financier  qui  est considéré, à juste titre, comme l’indice le plus probant de la volonté politique  d’ouvrir ou non l’économie nationale à la libre entreprise.  

Pour terminer méditons ces réflexions pleines de sagesse et de tolérance pour des idées productives contradictoires : de John Maynard Keynes  pour qui «il vaut mieux que l’homme exerce son despotisme sur son compte en banque personnel que sur celui de ses concitoyen», de Voltaire « Monsieur je ne suis pas  d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrais de toutes mes forces  afin que vous puissiez toujours le dire", du grand philosophe Aristote «le doute est le commencement de la sagesse» et de ce proverbe amazonien «quand on rêve seul, ce n’est qu’un rêve mais quand on rêve tous ensemble, c’est déjà le commencement de la réalité". 

ademmebtoul@gmail.com -06/02/2011

Toute reproduction sans citer l’auteur interdite 



Voir tous les articles de la catégorie "Eclairage éco"