L’ EN mise sur orbite, sous les projections de son coach : la stratégie de Belmadi se précise

L’ EN mise sur orbite, sous les projections de son coach : la stratégie de Belmadi se précise
Par Nourredine B | 11 Novembre 2019 | 14:53

C’est aujourd’hui lundi, que la sélection nationale de football va entamer sa préparation, au CNT de Sidi Moussa, dans l’optique de la première levée des éliminatoires de la CAN 2021, prévue au Cameroun.

Pour les verts, il s’agira de prendre la mesure, ce jeudi 14 novembre dans leur jardin, de la Zambie, avant d’enchainer, quatre jours plus tard, avec le Bostwana chez lui.

A ce titre, le sélectionneur national, Djamel Belmadi (Photo), a décliné sa liste des 23 joueurs retenus pour les deux échéances immédiates.

Une liste à travers laquelle transparait sa volonté de fortifier l’édifice construit autour de la consécration africaine retentissante de l’Algérie à la CAN 2019 et qui évacue d’emblée toute tentation de s’endormir sur ses lauriers.

Son intransigeance à relooker, en parallèle, le staff administratif de l’EN pour lui conférer des aspérités de professionnalisme avéré et traduit notamment, par la désignation de deux éminences de la médecine sportive, en l’occurrence le Dr Mohamed Boughlali et du masseur-kinésithérapeute Yoann Dijkstra, semble, clairement, participer de ce souci.

Sur la composante, son empreinte est encore plus prononcée. Yacine Brahimi, en baisse de forme après son transfert au Qatar, est mis au frigo, pendant que Belkebla, sanctionné pour écart de conduite à la veille de la CAN 2019, est repêché au nom d’une indulgence concédée à la valeur intrinsèque du joueur.

Mais pas que. Belmadi signe également pour la fraicheur, plus particulièrement dans les lignes arrières, via l’appel à deux nouveau défenseurs, Maxime Spano-Rahou (Valenciennes - France) et Réda Halaimia (Beerschot-Belgique) ainsi qu’au milieu offensif du Paradou AC, Adam Zorgane.

Une tendance au rajeunissement qui n’est pas sans laisser lire la pensée du sélectionneur national d’avoir un œil, même si cela apparait précoce, sur le Mondial 2022.

Mais là où le patron des verts marque un grand coup, c’est incontestablement au niveau du front d’attaque auquel il vient de greffer Hilal Soudani, longtemps absent.

On parle là de quatre francs avants- centre racés et très portés sur le but. Un correctif rendu nécessaire, après les enseignements de la CAN 2019 où l’EN si elle a survolé la compétition en ne concédant aucune défaite, a péché par moments par des insuffisances offensives et une traduction de fond de son ascendant dans certains de ses matchs où le gâchis fut grand.

En fixant une pléthore de goléadors attitrés, Belmadi veut d’évidence instaurer une concurrence à même de booster ces chasseurs de but dans le sens d’une concentration optimale de tout instant, en aiguisant leur instinct de tueurs. Dans un certain sens, Il s’offre, de ce fait, une large marge de manœuvre, tout en réduisant celle du quatuor en question.   

Le cinquième meilleur entraineur du monde, qui a rendu ses lettres de noblesse à l’entrejeu durant la phase finale de la CAN 2019, et qui lui a valu la consécration finale, semble, ainsi, prendre à bras le corps un secteur en deçà des attentes, au regard des potentialités formidables qu’il recèle.

En définitive, une stratégie Belmadi- pur jus qui cache difficilement les desseins d’un coach qui se projette déjà sur le Mondial 2022. Avec la CAN 2021 comme rampe de lancement.  

Voir tous les articles de la catégorie 'Sport'