Elle dénonce une vague «campagne de médisance» contre elle et l’Algérie : l’énigmatique communiqué de la FAF

Elle dénonce une vague «campagne de médisance» contre elle et l’Algérie : l’énigmatique communiqué  de la FAF
Par Nourredine B | 30 Mai 2020 | 14:53

La fédération algérienne de football (FAF) a publié, vendredi sur son site officiel, un long communiqué  dont le moins qu’on en puisse dire est qu’il autant énigmatique que flou.

Elle y dénonce, d’emblée «une campagne de médisance contre la FAF et l’Algérie » (Sic !), sautant aux yeux en titre du communiqué.

Elle enchaine, écrivant que «Depuis quelques jours, l’on assiste à une recrudescence d’attaques croisées et bien orchestrées contre la Fédération algérienne de football et surtout contre la personne de son président» soulignant que cette campagne n’a  «jamais cessé depuis l’élection de l’actuel bureau fédéral le 20 mars 2017 à ce jour, même si le titre continental décroché de haute facture à la CAN 2019 en terre égyptienne a apaisé un tant soit peu les ardeurs de certains cercles tapis dans l’ombre, face à l’élan populaire exprimé pour cette consécration historique».

Le communiqué poursuit que «Aujourd’hui, et à moins d’une année d’une échéance électorale (en 2021), les mêmes cercles s’agitent à travers leurs relais, y compris des sites électroniques et réseaux sociaux, voir des ‘’mercenaires’’ à partir de salons à l’étranger, en faisant circuler des informations mensongères et des rumeurs diffamatoires dont l’objectif est de discréditer l’équipe fédérale et de lui faire porter seule la responsabilité de tous les maux qui affectent notre sport-roi ».

Un réquisitoire qui ne repose, à priori, sur aucun fondement dans la mesure où la FAF ne met en avant aucun fait réel, donnant l’impression qu’il répond plus à une réaction épidermique face à quelque impair commis à l’encontre d’un de ses membres.

Restant dans le vague, la FAF s’arqueboute,  faisant savoir  que «Face à cet acharnement, la Fédération algérienne de football dément catégoriquement toutes les allégations colportées par des porte-voix et des parties malintentionnées qui n’ont pas digéré les changements profonds initiées par le bureau fédéral et la perte d’intérêts et de privilèges qui ont longtemps fait le lit de la Issaba du football».

Et d’énumérer une série de réalisations, sous forme de satisfecit, qui «font l’objet vainement de tentatives pour semer la confusion et l’amalgame au sein de l’opinion et auprès des pouvoirs publics», fustige-t-elle.

Se justifiant par un «certain droit de réserve», elle se dit s’interdire «en tant qu’institution respectable, de recourir aux mêmes pratiques viles pour se défendre et préserver son image et surtout celle de l’Algérie» elle dénonce encore  «des méthodes abjectes», avant de sonner la charge, menaçant d’ «engager les actions légales requises pour présenter les instigateurs de ces actions devant la justice».

Et de conclure, enfin, qu’ «En dehors de ces canaux crédibles et transparents, toute autre information expose son auteur à des poursuites en cas de diffamation et de désinformation», a-t-elle mis en garde.

Au-delà d’un texte à l’allure d’un imbroglio parfait, la FAF cherche-telle, tel que pourrait le suggérer le dernier paragraphe,  à verrouiller le champ médiatique lié au football national ?

Sinon, à quoi rime cette sortie énigmatique assortie de menaces à peine voilées ?

Voir tous les articles de la catégorie 'Sport'