Mawlid Enabaoui : Mohamed Aissa en défenseur intrépide de la célébration de l’événement

Mawlid Enabaoui : Mohamed Aissa en défenseur  intrépide de la célébration de l’événement
Par Nabil Semyane | 01 Décembre 2017 | 11:53

La célébration, cette année, de la Nativité du prophète Mohamed (QSSSL) s’est accompagnée d’une fausse controverse  orchestrée par des courants extrémistes, qualifiant la dimension festive de l’événement comme quelque chose d’hérétique(Bidaâ)

Le ministre des Affaires religieuse, Mohamed Aissa, défenseur intransigeant du référent religieux national, luttant contre ces courants rabat-joie, a défendu jeudi à Oran le droit des algériens de continuer  célébrer El Mawled, comme cela se fait depuis des siècles en Algérie.

"La référence religieuse nationale prône un islam modéré, celui du juste milieu, celui de nos ancêtres", souligne le ministre dans un point de presse à la mosquée  "Abdelhamid Ibn Badis"  ajoutant que "notre référence religieuse est celle qui a été pratiquée de tout temps par nos aïeux, qui ont en fait une interprétation intelligente du Saint Coran, celle des compagnons du prophète Mohamed (QSSL) et de leurs successeurs".

 "Notre référence religieuse nationale est une fierté, car elle tire sa force des valeurs authentiques prônant un islam modéré, celui du juste milieu, un Islam authentique",insiste le ministre qui s’adresse implicitement à ceux qui veulent réinventer la pratique de l’Islam en Algérie.

 Prônant  la diffusion des valeurs réelles, celles de la science pour contrer l'ignorance,Mohamed Aissa  s'en est pris aux esprits rétrogrades,faisant observer que la Oumma El Islmia refuse d'abdiquer au "terrorisme intellectuel", de ceux qui veulent imposer leur loi.

 Auparavant, le ministre a prononcé un discours véhiculant un message fort,à l'occasion du Mawlid Ennabaoui Echarif célébrée à la mosquée "Ibn Badis"dans une ambiance exceptionnelle, en présence du wali d'Oran, d'ulémas d'Algérie et d'Egypte, d'Imams de wilayas voisines, de cheikhs de zaouias et de présidents d'associations.

 Félicitant le peuple algérien pour avoir réussi, à l'instar d'autres pays musulmans, à revenir à ses références, sources d'un islam authentique,Mohamed Aissa a souligné "nous faisons confiance à nos ulémas qui sont la fierté de notre pays et qui portent en eux l'amour du prophète".

Par ailleurs, le ministres des Affaires religieuses a démenti formellement l'éxistence de comptes bancaire du mouvement palestinien Hamas, qui seraient alimentés par le Hizbollah libanais.

"L'Algérie refuse d'être une partie où un territoire d'un conflit communautaire, clame Mohamed Aissa, nous refusons de faire la distinction entre un musulman d'obédience wahabit et un musulman soufi,  tous les deux croient en Allah et son prophète Mohamed (QSSSL)"  

Voir tous les articles de la catégorie 'Société'