L'effet yoyo est dangereux pour le cœur

L'effet yoyo est dangereux pour le cœur
Médias | 21 Novembre 2016 | 18:41

Les régimes miraculeux qui font perdre du poids rapidement, au risque de le reprendre tout aussi vite, mettent notre santé en danger.

Prendre du poids en hiver, le perdre en été grâce à un régime draconien, le prendre de nouveau pendant une période de stress…les fluctuations de poids ne sont pas seulement mauvaises pour le moral, mais aussi pour la santé cardiaque. C’est une étude présentée à la conférence de l'American Heart Association (AHA) et rapportée par le site Health qui l’indique. D’après les recherches menées sur près de 160 000 femmes ménopausées pendant une période de 11 ans, l’effet yoyo pourrait augmenter les risques de décès lié aux maladies cardiovasculaires.

Les femmes qui présentaient un indice de masse corporelle (IMC) normal au début de l’étude et qui ont perdu puis repris en moyenne 4,5 kg couraient près de 3,5 fois plus de risques de mort cardiaque subite que les femmes dont le poids est resté stable. Ce type de cycle de perte et de reprise de poids est également lié à un risque accru de 66% de décès par maladie coronarienne. Les chercheurs n’ont d’ailleurs constaté aucune augmentation des risques cardiaques chez les personnes obèses ou en surpoids qui subissaient l’effet yoyo. Ils précisent toutefois que les problèmes de surpoids sont plus mauvais pour la santé que les risques liés à la fluctuation de poids.

Des effets sur le métabolisme

L’auteur principal de ces travaux, Somwail Rasla, de l’Université de Brown, aux Etats-Unis, explique pourquoi les femmes de poids normal semblent être plus exposées aux dangers de l’effet yoyo. "Le mécanisme d’adaptation du corps est moins développé chez les personnes de poids normal que chez celles obèses et en surpoids. De précédentes études ont montré que les effets de la fluctuation de poids influencent le métabolisme, la pression artérielle et le cholestérol. Et des travaux sur les animaux ont prouvé que l’effet des régimes yoyo peut abîmer l’ADN."

Cette étude n’est basée que sur des observations des données et a besoin d’être confirmée par d’autres recherches, mais les auteurs estiment que les résultats sont suffisants pour conseiller aux personnes ayant un poids normal d’éviter les fluctuations autant que possible.

santemagazine 

Mots-clés :
Catégories : Santé

Voir tous les articles de la catégorie 'Santé'