Aid El Adha : la présidente de l'Association des vétérinaires appelle au respect des gestes barrières

Aid El Adha : la présidente de l'Association des vétérinaires appelle au respect des gestes barrières
Par Rédaction | 27 Juillet 2020 | 18:05

La présidente de l’Association algérienne des vétérinaires privés, Assia Boukeffa a mis l’accent lundi à Alger sur l’impératif de respecter les mesures de prévention pendant l’égorgement afin d’éviter toute contamination au Covid-19, notamment le port du masque, la distanciation physique et l'asepsie des lieux et outils d’abattage.

Dans une déclaration à l’APS, Mme. Boukeffa a assuré que "la crainte n’est pas de se contaminer à partir des moutons mais à cause du contact entre les gens et l’échange des outils et équipements de l’égorgement, transmissibles du virus".

La responsable a préconisé le respect des règles d’hygiène lors de l’achat du mouton dans les points de vente agréés et autorisés où les produits de désinfection doivent être disponibles et mis à la disposition des citoyens.

Affirmant que l’Association s’attèle à coordonner intensivement son action avec les vétérinaires (exerçant dans les secteurs aussi bien public que privé) en prévision de l’Aïd El Adha, Mme. Boukeffa rappelle que les spécialistes sont mobilisés tout au long de l’année à l’échelle nationale pour accompagner les éleveurs et assurer un suivi sanitaire efficace voire efficient du cheptel national.

A l’occasion de cette fête religieuse, le ministère de l’Agriculture et du Développement rural a réquisitionné, des médecins vétérinaires au niveau des abattoirs, bureaux sanitaires, unités agricoles et inspections vétérinaires, en vue de veiller à l’abattage correct parallèlement au respect rigoureux des mesures de prévention de la Covid-19, a-t-elle fait remarquer.

Et d’ajouter que deux abattoirs, sis à El Harrach et aux Eucalyptus, ouvriront les portes aux citoyens qui désirent y égorger leurs sacrifices. Or ces deux structures demeurent, a-t-elle jugé, insuffisantes pour satisfaire la demande les deux jours de l’Aïd à Alger ou même dans les autres wilayas où le manque d’abattoirs est constaté, appelant par la même à prévoir d’autres structures dans le futur.(Avec APS)

Voir tous les articles de la catégorie 'Santé'