Aid El Adha : Dr Bekkat Berkani regrette que la fatwa des religieux ait primé sur «l’ordonnance» des médecins

 Aid El Adha : Dr Bekkat Berkani regrette que la fatwa des religieux ait primé sur «l’ordonnance» des médecins
Par Hakim Megati | 20 Juillet 2020 | 14:48

Le très médiatique, président de l'ordre des médecins et membre du comité scientifique de suivi de l’évolution de l’épidémie du coronavirus en Algérie, Dr Mohamed Bekkat Berkani, en a visiblement gros sur le cœur à propos de la gestion de la crise sanitaire. Et pour cause !  Face au micro de Radio M, il n’a pas mâché ses mots contre la fatwa de la commission éponyme du ministère des affaires religieuses par rapport à l’opportunité d’autoriser le rituel du sacrifice des moutons de l’Aid El Adha.

 «Nous en tant que médecins, nous n’avons pas demandé l’annulation de l’Aïd El Adha comme une fête religieuse que nous avons l’habitude de célébrer chaque année. Nous avons demandé l’annulation du rituel du sacrifice exceptionnellement pour des considérations sanitaires, mais la commission de la fatwa a émis une fatwa contraire», a  expliqué Dr Bekkat Berkani, dans un entretien qu’il a accordé à Radio M.

Et de reconnaitre, visiblement amer, que «la fatwa des religieux a primé sur l’avis et les conseils des médecins, et c’est ça la réalité».

Dr Berkani, qui dit craindre une flambée des contaminations à l’occasion de l’Aid, regrette que la commission  a émis une fatwa rappelant que le rituel du sacrifice est une «sunna», tout en maintenant le sacrifice des moutons.

« On s’attend logiquement à ce qu’il y ait de nouvelles contaminations mais si la commission des fatwas a appelé les algériens sur la nécessité de respecter les mesures de prévention», a-t-il estimé.

«Mais, nous en tant que médecins, explique Bekkat Berkani, on s’interroge si les algériens vont respecter les mesures de prévention lors de l’achat du mouton et qu’en est-il des agglomérations connaissant de grands mouvements de citoyens et des opérations d’abattage dans les espaces publics. Sur ce, nous dirons que la commission de la fatwa a pris sa décision et elle doit assumer les conséquences».

Précisément, Bekkat Berkani adhère totalement à l’appel du collectif des professeurs en sciences médicales pour l’annulation du sacrifice de l’Aïd El Adha. .«L’appel des professeurs en sciences médicales émane de leur conscience de la dangerosité de la situation sanitaire. Ils craignent une propagation du coronavirus car les familles algériennes ne vont pas se passer de leurs traditions notamment les visites familiales et les embrassades en oubliant les mesures de distanciation sociales comme c’était le cas durant la fête de l’Aïd El Fitr », a-t-il expliqué.

Autrement dit, ce membre du comité scientifique de suivi du COVID-19, estime qu’une hausse des contaminations après l’Aid est quasiment inévitable du fait que, précise-t-il,  «30% des cas sont d’origine familiale».

C’est dire qu’à partir du moment où l’avis des hommes du culte a primé sur la recommandation des médecins, il ne reste plus qu’à implorer Dieu pour que la COVID-19 ne fasse pas beaucoup de dégâts.    

Voir tous les articles de la catégorie 'Santé'