Algérie 1

Icon Collap
...

Le ralliement, sans honneur, de Valls à Macron refroidit les Algériens de France

29-03-2017 14:50  Amel Benabi

C'est une mauvaise nouvelle assurément. Le ralliement sans honneur et sans gloire de Manuel Valls à Emmanuel Macron risque de faire l'effet d'une douche froide au sein de la communauté algérienne en France et plus généralement des émigrés. En effet, fatiguée des promesses non tenues et des valses hésitations du président "normal", et son ex Premier ministre, cette communauté qui a le coeur pourtant à gauche, a décidé de mettre ses espoirs sur le jeune candidat Emmanuel Macron.

C'est un choix de raison que dicte  l'échec cuisant du hollandisme, incapable de donner suite à un projet politique qui a suscité un immense espoir après le terrible passage de Sarkozy. Mais au fil du temps le président sortant s'est avéré être une vraie force d'inertie. Au point où le félin Valls l'a obligé de renoncer à un second mandat pour lui faire place nette.

Les Algériens de France nourrissaient alors une légitime crainte de voir ce sioniste anti- musulmans déclaré réussir le hold-up parfait, aidé par les milieux islamophobes. Mais l'inattendu Benoît Hamon l'a battu à plate couture à la primaire. Valls est mort ? Non, pas tout à fait. Le maire d'Ivry qui devait naturellement rallier Hamon conformément au principe de la "belle alliance populaire" vient de filer chez Macron.

Ce dernier, qui caracole à la tête des sondages, risque de subir les dommages collatéraux des casseroles de Valls. Le jeune  candidat qui ratisse à droite et à gauche, lui qui ne reconnait pas les frontières idéologiques, reçoit un invité pour le moins encombrant. Valls va amener ce qui manquait à Macron : un bilan désastreux d'un quinquennat jalonné d'actes manqués, de discours musclés, et de liaison dangereuses avec des milieux peu recommandables.

De fait, le candidat Macron a, à priori, plus à perdre qu'à gagner de l'arrivée de Valls dans ses rangs. Pour les Algériens de France qui se sont mis "En marche"  avec Macron, il leur sera dur de supporter le compagnonnage de Valls. C'est comme si on faisait du Hollandisme sans Hollande mais avec son​ pire lieutenant.

On connaît bien les positions de Valls sur les chauds dossiers comme le terrorisme et l'immigration. Le plus à droite de la gauche risque de contaminer Macron avec ses idées réactionnaires et son alignement sans réserve sur les thèses des cercles sionistes et islamophobes. Et par dessus tout, Valls pourrait instiller le poison à Macron au sujet de la mémoire. Ce dernier, qui a charmé les algériens par sa condamnation et sans réserve de la colonisation française qu'il a assimilé à un crime contre l'humanité, pourrait raboter son discours.

Valls et Macron peuvent faire bon ménage sur les questions économiques, mais on imagine mal comment leurs courbes pourraient se croiser sur la question de la mémoire. Et c'est à ce niveau que le ralliement de Valls se présente comme une promiscuité pour Macron qui gagne sans lui. Il ne manquerait plus désormais que Hollande fasse le baisemain à Macron pour réinstaller l'équipe de loyers  Sans doute que ce retour de Valls va sonner le retrait une bonne partie des sympathisants maghrébins et Algériens de Macron. La présidentielle française s'annonce plus que jamais incertaine. Pour les Français et pour les Algériens.



Voir tous les articles de la catégorie "A la une"