Algérie 1

Icon Collap
...

Le plan de relance du gouvernement doit être quantifié avec précision et s’insérer dans le cadre d’une société participative et des avantages comparatifs mondiaux

09-08-2021 13:29  Pr Abderrahmane Mebtoul

Les changements économiques survenus depuis quelques années dans le pays, ainsi que ceux qui sont appelés à se produire dans un proche avenir, doivent nécessairement trouver leur traduction dans des changements d’ordre systémique destinés à les prendre en charge et à organiser leur insertion dans un ordre local et mondial ,qui est lui-même en devenir, modifiant les nouvelles relations internationales imposant à notre diplomatie l’adaptation. Je note avec satisfaction que certaines de mes recommandations parues dans les médias internationaux et nationaux sur l’intelligence artificielle et la cybercriminalité et une sage décision, le report des élections locales en cas de non maitrise de la crise sanitaire, ont été prises lors de la réunion du conseil de sécurité en date du 04/05/2021.

1.-Le gouvernement se prépare à livrer son programme socio-économique dans un contexte particulier de grave crise sanitaire et économique. Les réserves de change ont été clôturées fin juin 2021 à 44 milliards de dollars, selon le dernier conseil des ministres contre 194 au 01 janvier 2014. Le taux de croissance a été négatif de moins 6% en 2020, le taux de chômage prévu par le FMI en 2021 approche les 15% y compris les emplois rente, devant créer entre 350.000/400.000 emplois nouveau par an du fait de la forte pression démographique alors que l'appareil de production fonctionne à environ 50%, En ce mois d'août 2021, 98% des recettes en devises proviennent des hydrocarbures ( en déclin en volume physique par rapport aux années 2007/2009) où  avec  les dérivées influent  sur le  taux de croissance, et le niveau  de l’emploi. La sphère informelle  servant à court terme de sous page social de sécurité représente  50% de l’activité économique hors hydrocarbures, les mesures  bureaucratiques  n’ayant pas permis de l’intégrer  à la sphère réelle et le  niveau des réserves de change est en nette diminution :  environ 44 milliards de dollars fin juin 2021, ne pouvant pas continuer dans le blocage sans ciblage des importations, ‘le taux d’intégration entreprises publiques/privées ne dépassant pas 15%, nécessitant uniquement pour 2021  un flux de plus de 20/25 milliards de dollars en devises sans compter la partie dinars pour relancer la machine économique en berne( anciens rt nouveaux projets).

Attentions aux 16 milliards de dollars (plus de 2100 milliards de dinars) de planche  à billets prévus par la banque d’Algérie en 2021 sans ciblage , salaires sans contrepartie productives, où combiné avec le dérapage du le dinar qui  est coté entre 159/ 160 dinars un euro  avec un écart de 40/50% sur le marché parallèle, la cotation actuelle n’étant pas significative du fait de la fermeture  des frontières pourrait conduire à une spirale inflationniste incontrôlée à la vénézuélienne. Le taux d’inflation élevé  qui, selon l’ONS en incluant 2021 dépassera 100% entre 2000/2021, mais biaisé et sous estimé,  l'indice officiel n'ayant  pas été réactualisé depuis 201, entraîne une détérioration du pouvoir d'achat et les revendications sociales. Aussi, la sécurité nationale étant posée, il devient urgent de relancer la machine économique supposant une vision stratégique au sein des filières mondiales, internationalisées et de définir avec précision la mise en œuvre de projets : délais, coûts ,les moyens humains et les modes de financement en devises et en dinars en incluant la protection de l'environnement dont la détérioration a un coût économique et social. Or qu'en sera-t-il pour 2021 avec les élections locales ; où le programme du gouvernement ne sera pas présenté avant novembre devant le parlement, sous réserve, selon le communiqué officiel du conseil de sécurité en date du 04 août 2021, de la maîtrise de la question sanitaire en n’oubliant pas et  loi de finances 2022 qui devra être présentée courant décembre ? Car si un projet est lancé début 2022, la rentabilité pour les PMI/PME, selon les normes internationales, ne se fera pas avant trois années et pour les projets hautement capitalistiques, pour les projets hautement capitalistiques pas avant sept à huit années, sous réserve de trouver un partenaire étranger pour un partenariat gagnant/gagnant, si l'on veut pénétrer le marché international. 

Face à une situation socio économique et sanitaire complexe, la relance socio- économique, il faut insister sur l’effort d’une information de vérité, qui doit lui être associée, pour montrer l’opérationnalité du plan de relance au profit des  générations présentes mais également futures, une Nation ne pouvant distribuer plus que ce qu’elle  produit quitte à aller vers le suicide collectif.  Le principe est de travailler pour consolider la diversité et la pluralité tout en cultivant l’unité de la nation  et  sa cohésion sociale pour un espace équilibré et solidaire. Pour cela le plan de relance économique   doit s’inscrire dans le cadre des nouvelles mutations mondiales, investir dans des segments au niveau de filières internationalisées, dans la  transition numérique et énergétique, et favoriser une société participative. Ce qui exigera  de prendre en compte l’évolution de la structuration de la société algérienne qui  comme toutes les sociétés humaines est structurée en fonction de plusieurs paramètres sociologiques : catégories d’âge, profession, sexes, statut sociale, statuts religieux, statut politique, anthropologie culturelle territoriale etc….

Ce sont les hommes avec leurs équipements anthropologiques (identitaires) qui ont façonné les espaces, l’organisation administrative de l’espace  n’étant  pas celle  de l’administration comme l’a démontré brillamment l’expert de renommée mondiale, Hernando De Soto sur Etat de Droit et sphère informelle (dans  l’ouvrage du Pr  Abderrahmane MebtoulL – l’Algérie  –perspectives: bonne gouvernance, démocratie et économie de marché édité en arabe-anglais-français (Dar El Ghjarb 2004).. Les actions sectorielles  doivent se mouler au sein d’une d ‘une fonction objectif stratégique  devant tracer un registre d’engagements pour le court terme  et  le moyen terme, définissant  clairement les contraintes externes , les actions concrètes pour insérer harmonieusement l’Algérie au sein de  l’économie mondiale  entre 2025/2030  et  les contraintes internes  socio-économiques, financières   et techniques internes ; -les choix techniquement possibles et les ensembles de choix cohérents et les conséquences probables de ces choix ;  les  méthodes de travail choisir qui permettent  de déterminer les paramètres  (moyen termes) et  les  variables ( court terme)  dont dépend un système complexe. Après avoir décomposé la difficulté en éléments simples, il convient d’apporter des réponses opérationnelles sur les réalisations physiques et le  plan de financement.  La structure de l’action en faveur des réformes est globalement formée de cinq segments qui fondent le processus opérationnel :-l’administration qui constitue la cheville ouvrière  par son importance stratégique,-la société civile/syndicats,- les citoyens dans leur diversité,-les partis politiques  et les opérateurs publics et privés. . 

2.-Évitons toute démagogie et promesses utopiques : l’égalité ne saurait signifier populisme ’ rendant urgent de revoir la politise des subventions généralisées  source d’injustice sociale, devant être ciblées, représentant  23,7% du budget général de l’Etat et 9,4% du PIB pour l’exercice 2021 intenables dans le temps, nécessitant une mutation  de l’Etat providence. L’universalité de la justice n’existant pas,  dépendant  du moment daté et du mouvement historique, une société dynamique en forte croissance offrant  des espoirs individuels plus grands en tolérant certaines inégalités qu’une société dont l’économie est en stagnation, où l’avenir est incertain. Ainsi, la justice sociale  qui ne recoupe pas l’égalitarisme est une condition de l’efficacité globale de l’économie, mais devant identifier les inégalités qui doivent être combattues (inefficaces et injustes) et trouver le niveau acceptable d’inégalités nécessaire pour assurer le dynamisme de l’économie,  favoriser le couple flexibilité du marché du travail et la nécessaire cohésion sociale à travers l’action ciblée de l'État régulateur. L’action principale consistera à introduire l’initiative économique de tout le monde et les capacités entrepreneuriales, caractérisées par les prises de risques économiques afin d’accroître la valeur ajoutée et donc la croissance économique, la solution la plus sûre étant  de s’appuyer sur la qualification des salariés qui va de pair avec la spécialisation de l’économie.

L’avenir est dans les gisements importants d’emplois sur les activités de services, des emplois de proximité, ce qui implique le développement important dans les années à venir des services marchands rendus nécessaires par l’élévation du niveau de qualification. Ainsi, l’Etat régulateur, tout en ne se substituant pas au marché, édicte les règles de jeu et les fait respecter par l’ensemble des acteurs économiques et sociaux race au  dialogue social Cependant  les projets devant  entrer forcément dans les avantages comparatifs euro-méditerranéens et africains qui constituent les espaces naturels de l’Algérie.  Devant s’attaquer à l’essentiel et non au secondaire, la pleine réussite du redressement national est tributaire à huit  défis pour arriver à une  économie productive concurrentielle dans le cadre des valeurs internationales :

Premièrement, la réforme politique et institutionnelle, la production d’une culture politique participative  l’élaboration d’un nouveau consensus politique permettant de dégager une majorité significative dans le corps social en faveur des réformes, consistant principalement à  revoir l’aménagement fonctionnel du pouvoir d’Etat ; une redéfinition du nouveau rôle de l’Etat dans le développement économique et social , nécessitant  à la fois  de définir  d’une manière claire le droit de propriété, donc les relations entre l’Etat et le marché qui doivent procéder d’une démarche pragmatique par une définition des règles incitatives et  une  réelle décentralisation autour de six à sept grands pôles régionaux économiques  et enfin  restructurer le système partisan , le champ de l’information et de la communication pour s’adapter aux bienfaits et aux menaces des nouvelles technologies (cyber-attaques) et réorganiser le mouvement syndical et associatif et la promotion de la femme, signe de la vitalité de toute société. 

Deuxièmement, la lutte contre la bureaucratie néfaste par la numérisation de tous les secteurs  qui enfante la sphère informelle et la corruption.  Comme note avec pertinence, un philosophe  du XIXème siècle à propos de ce fléau, le but du bureaucrate est de donner l'illusion d'un gouvernement même si l'administration fonctionne à vide, en fait de gouverner une population infime en ignorant la société majoritaire, avec une triple conséquence : 1ère conséquence : une centralisation pour régenter la vie politique, sociale et économique du pays ; 2ème conséquence : l'élimination de tout pouvoir rival au nom du pouvoir bureaucratique ; 3ème conséquence : la bureaucratie bâtit au nom de l'Etat des plans dont l'efficacité sinon l'imagination se révèle bien faible. 

Troisièmement, priorité  des priorités,, le savoir étant la condition essentielle du développement,   est  la réforme de l’école  du primaire en passant par  le supérieur et la formation professionnelle ,la reforme du système éducatif, une nouvelle politique des secteurs névralgiques  l’agriculture,  l’eau, la santé, l’habitat, les infrastructures. 

Quatrièmement, revoir la gestion des entreprises publiques dont certains  leur ’assainissement auprès du trésor  ayant  couté  selon une note du premier ministère  reprise par l’APS le 03/01/2021, durant les 30 dernières années plus de 250 milliards de dollars alors que  plus de 80% sont  revenues à la case de départ ;  et pour plus de transparence revoir  la gestion de Sonatrach qui en ce mois d’aout 2021 après près de 60 années d’indépendance c’est l’Algérie et l’Algérie c’est Sonatrach, procurant la majorité des devises avec les dérivées(97/98%), le Ministère de l’énergie devant s’orienter vers l’efficacité et transition énergétique . Cinquièmement,  la réforme  du système financier,  lieu de distribution de la rente dont , le système douanier pour éviter des surfacturations faute d’absence d’un tableau de la valeur relié au réseaux internationaux, (poids prix/qualité) ;  le système  domanial favorisant la  dilapidation du foncier ; le système fiscal favorisant la fraude fiscale, le système bancaire public représentant plus de 85%,le secteur bancaire privé étant marginal, ayant permis des crédits faramineux octroyés à certains oligarques privées,  des bonification de taux  d’intérêt,, sans corrélation avec la création de richesses. 

En résumé, sans retour à la confiance, supposant un renouveau de la communication et un langage de vérité , point de développement et seul le   nouveau «deal» entre l'Etat , les citoyens et les entrepreneurs, est à même, de créer un climat de confiance et d'assurer la crédibilité de l'Etat car  c’est  aux  dirigeants à ressembler à leur population et non aux citoyens de ressembler à leurs dirigeants. Nous avons une population merveilleuse, y compris la diaspora,   qui a fait preuve en des moments ou la Nation est  en danger tant par le passé que par le présent comme récemment avec cette immense élan de solidarité. Dans ce cadre, rendons hommage à notre corps médical qui malgré le manque de cohérence  pas seulement de la politique de santé, se mobilise pour sauver des vies. Sous réserve d’un renouveau de la gouvernance tant centrale que locale, l'Algérie, acteur stratégique de la stabilité de la région méditerranéenne et africaine, a toutes les potentialités  pour devenir un pays pivot.

ademmebtoul@gmail.com



Voir tous les articles de la catégorie "Eclairage éco"