Une étudiante algérienne condamnée par la tribunal de Besançon pour "apologie du terrorisme"

Une étudiante algérienne condamnée par la tribunal de Besançon pour "apologie du terrorisme"
Par Abbès Zineb | 24 Octobre 2020 | 13:25

 Une étudiante d’origine algérienne a été condamnée,  vendredi 23 octobre, à quatre de mois de prison avec sursis par un tribunal français pour « apologie du terrorisme », rapportent samedi  plusieurs médias locaux. La jeune femme devra également effectuer un stage de citoyenneté dans les 6 mois à venir.

Âgée de 19 ans, l’étudiante, dont l’identité n’a pas été révélée, était poursuivie par le tribunal de Besançon (Est de la France) pour "apologie de terrorisme", pour avoir écrit que le professeur Samuel Paty, décapité la semaine dernière par un terroriste tchétchène près de Paris, « méritait de mourir ».

Commentant un article d’un média français sur le sujet, elle avait écrit : « Il mérite pas d’être décapité, mais de mourir, oui. »

Devant le tribunal, l’étudiante a dit regretter d'avoir écrit ce commentaire.  « Je ne suis pas du tout contre le fait qu’il [Samuel Paty] ait montré une caricature. C’est un professeur qui présente son cours comme il le souhaite », a ajouté cette jeune fille qui dit « vivre [sa] religion à la maison » et avoir justement fui la violence en Algérie, selon des propos rapportés par l’agence AFP.

Pour la procureure Margaret Parietti, qui a requis six mois de prison avec sursis probatoire et 180 heures de travail d’intérêt général, « nous sommes dans un contexte où on ne peut pas écrire et dire n’importe quoi »« Je veux bien croire qu’il s’agit d’un dérapage, incompréhensible, d’un moment de folie pendant un accès de colère », a toutefois tempéré la magistrate.(Avec AFP)

Voir tous les articles de la catégorie 'International'