Syrie : Manque de médicaments et populations rurales gravement touchées

Syrie : Manque de médicaments et populations rurales gravement touchées
Par Abbès Zineb | 07 Aout 2012 | 13:06

La Syrie souffre d'un manque grave de médicaments, et la population rurale est durement affectée par les combats qui ont débuté en mars 2011, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Programme alimentaire mondial (PAM).

La récente escalade des violences a abouti à de sérieux dommages dans les usines pharmaceutiques locales, près d'Alep, de Homs, et de Damas, a déclaré mardi un porte-parole de l'OMS à Genève.

Le manque de matières premières, l'effet des sanctions, et les coûts élevés de l'essence ont également eu un impact sur le pays, qui jusqu'à peu produisait 90% de ses médicaments.

La Syrie produisait 90 % de ses médicaments

La Syrie manque d'antibiotiques, pour traiter ceux qui se remettent d'opérations chirurgicales, afin de prévenir toute infection, mais également de médicaments pour traiter des maladies chroniques. Le porte-parole a notamment cité des médicaments contre la tuberculose, l'hépatite, l'hypertension, le diabète et le cancer.

Outre le manque de médicaments, beaucoup d'hôpitaux et de centres de soin ont fermé à cause des combats. Actuellement, l'OMS distribue une aide médicale à environ 700.000 personnes en Syrie.

Par ailleurs, le PAM a indiqué mardi, s'appuyant sur une enquête menée avec la FAO (Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture), que le secteur agricole syrien a subi de gros dommages en raison des combats.

Les récoltes stratégiques, comme celles du blé et de l'orge, ont été durement affectées, de même que les oliviers et la production maraîchère, précise le Programme alimentaire mondial. A ce jour, les pertes du secteur agricole syrien sont estimées à 1,8 milliard USD en raison du conflit, et affectent un tiers de la population rurale du pays.

Les récoltes stratégiques, comme le blé et l'orge, durement affectées

Environ 1,5 million de personnes, soit 1 tiers de la population rurale, ont besoin d'assistance immédiate durant les 3 à 6 prochains mois. Près d'1 million d'agriculteurs vont avoir besoin d'une aide pour leur bétail durant la même période. Si cette aide n'arrive pas à temps, le bétail de la population vulnérable dans les campagnes devrait disparaître en quelques mois.

Il faut une action urgente à l'approche de l'hiver, indiquent les deux agences de l'ONU. Beaucoup d'agriculteurs ont perdu tout ou partie de leurs bétails et de leur récolte, en raison des combats, associés à une sécheresse prolongée. Beaucoup ont aussi dû abandonner leurs exploitations, pour fuir les combats.

La plupart des familles vulnérables que la FAO et le PAM ont rencontrées font état d'une baisse de revenus associée à une hausse des dépenses. Beaucoup ont réduit le nombre de repas, mangent des aliments moins chers et de moins bonne qualité, achètent de la nourriture à crédit, ou sortent les enfants de l'école pour les envoyer travailler, ajoutent les agences de l'ONU.

Le PAM a lancé un appel à l'aide internationale pour la Syrie d'un montant de 103,2 millions USD. A ce jour, il manque encore 58,9 millions USD sur les fonds demandés. (AFP)

Mots-clés :
Catégories : International

Voir tous les articles de la catégorie 'International'