Mort d’immigrés clandestins : La marine française au box des accusés

La Rédaction | 11 Avril 2012 | 22:28

La marine française a ignoré en 2011 les appels de détresse de migrants fuyant la Libye en guerre à bord d'une embarcation de fortune, ont accusé mercredi des ONG qui demandent à la justice française de déterminer les responsabilités dans ce drame qui avait fait 63 morts.

Quatre des neuf survivants de ce périple cauchemardesque devraient dans les prochains jours porter plainte contre X à Paris pour non assistance à personne en danger, a précisé Me Stéphane Maugendre, président du Groupe français d'information et de soutien des travailleurs immigrés (Gisti), l'une des organisations associées à cette initiative. «La connaissance par les militaires français du bateau en péril est avérée», indique ce projet de plainte, que l'AFP a pu consulter.«L'armée française ne pouvait pas ignorer le péril pesant sur cette embarcation et le besoin d'assistance de ses passagers».

Le 26 mars 2011, quelques jours après le début du conflit libyen, 70 Africains âgés de 20 à 25 ans et deux bébés avaient embarqué à bord d'un fragile canot pneumatique d'une dizaine de mètres de long, dans l'espoir d'atteindre 18 à 24 heures plus tard les côtes européennes. A cours de carburant le 28 au matin, le bateau avait alors dérivé jusqu'à être rejeté sur les côtes libyennes par une tempête le 10 avril.

Seuls neuf personnes avaient survécu. Or pendant les 16 jours de ce cauchemar, indique la plainte, l'embarcation fut photographiée par un avion de patrouille français, survolée à deux reprises par un hélicoptère et croisa au moins deux bateaux de pêche et plusieurs autres navires, dans une zone du sud de la Méditerrannée où naviguaient des dizaines de bâtiments de guerre engagés contre le régime libyen.

Les naufragés parvinrent également à l'aide d'un téléphone satellitaire à avertir le responsable d'une association italienne qui alerta les garde-côtes italiens, lesquels relayèrent l'appel de détresse à l'ensemble des navires circulant dans la zone, mais également au quartier général de l'Otan à Naples. «Il semble bien plus probable que lesdits militaires aient préféré considérer que le sauvetage de migrants en détresse ne relevait pas de leur mission», peut-on lire dans la plainte.

Mots-clés :
Catégories : International

Voir tous les articles de la catégorie 'International'