Des visas d’entrée à Melilla (Espagne) pour les algériens

    Des visas d’entrée à Melilla (Espagne) pour les algériens
Par Agence | 16 Octobre 2019 | 14:46

L’affaire commence à irriter sérieusement les politiques et les médias marocains du makhzen : Les autorités espagnoles envisageraient d’accorder aux ressortissants algériens des visas d’entrée valables uniquement dans le territoire de Melilla, cette enclave espagnole située dans le Rif oriental du royaume du Maroc.

En effet, ayant subi de plein fouet la décision de Rabat de fermer sa frontière commerciale avec Melilla au mois d’aout 2018, Madrid songerait à relancer cette région autonome dépendant de Malaga en ouvrant ses portes aux algériens.

C’est du moins ce qu’a laissé entendre Youssef Kaddour, président de la Commission islamique «Ennour» après sa rencontre, la semaine dernière avec la présidente de « Maison Algérie», Houria Sehli à Valence.

«Nous lui avons proposé la création d’une voie commerciale entre l’Algérie et Melilla et l’accueil d’imams algériens pour donner le prêche du vendredi en castellan (…) elle a montré son appui total à nos proposition», a-t-il déclaré selon le journal  «Melilla Hoy».

Mieux encore, Youssef Kaddour a révélé que les discussions avec la responsable algérienne ont également porté sur «une possible visite d’un représentant de l’ambassade de l’Algérie à la ville dont la date n’a pas encore été fixée».

Il annonce dans cette optique une autre rencontre avec Houria Sehli à Malaga pour ficeler le projet et examiner d’autres dossiers de coopération.

Il n’en fallait pas plus pour que les médias marocains montent au créneau pour accuser Youssef Kaddour de vouloir vendre les mosquées de Melilla à l’Algérie.

«Ils disent (les médias marocains NDLR) que nous voulons vendre les mosquées à Alger. Ce qui est faux. Nous ne sommes pas, d’ailleurs, les propriétaires des lieux de culte mais ils appartiennent au gouvernement», a-t-il souligné.

Et Youssef Kaddour de réitérer son «rejet total» des prêches des imams marocains en arabe. «Nous sommes des Espagnols. Nous demandons à écouter des sermons dans notre langue».

Ceci étant dit, les différents groupes politiques à Melilla voient d’un bon œil cette rencontre entre Youssef Kadour et Houria Sehli mais aussi la perspective que leur ville s’ouvre aux algériens voulant y investir selon des sources locales.

Notons qu’outre sa casquette de président de la Commission islamique «Ennour», Youssef Kaddour est à la fois président d’une importante association de commerçants et secrétaire général du Parti coalition libérale de Melilla.

L’Algérie va-t-elle donc prendre pied à Melilla au nez et à la barbe du makhzen ? 

Voir tous les articles de la catégorie 'International'