Les Grands Hommes de l’Ecole diplomatique d’Abdelaziz Bouteflika (1ere partie)

Les Grands Hommes de l’Ecole diplomatique d’Abdelaziz Bouteflika (1ere partie)
Contribution | 05 Juillet 2018 | 16:06

 Par M. Ould El Bachir

«Les grands hommes ne sont pas grands parce qu'ils rapetissent les autres; ils le sont parce qu'ils les rehaussent. C'est le respect pour les fortes individualités et l'enthousiasme spontané pour leur œuvre qui construisent la légende des grands hommes.» (Abdelaziz Bouteflika in Préface de «L'Algérie belle et rebelle, de Jugurtha à Novembre»).

Il y a bien longtemps que ceux qui connaissent un peu mes soucis intellectuels et mes activités professionnelles et institutionnelles, me suggéraient d’écrire quelques unes des pages glorieuses de la diplomatie algérienne, pour réaffirmer le combat historique des partisans de la liberté des peuples et des élites pour l’indépendance. Ils furent, comme l’a écrit Si Boualem Bessaih, à juste titre, dans un récent livre préfacé par le Président Abdelaziz Bouteflika, les dignes fils de « l’Algérie belle et rebelle ». Et puis, j’ai compris que ce travail aiderait à renouveler la flamme de Novembre et à en revivre le serment sacré de tout un peuple qui en a déposé l’étincelle de son histoire millénaire dans les profondeurs de sa mémoire pour lutter contre la malédiction de l’oubli.

Mais comment pourrais-je décrire les actions des pères conscrits de la diplomatie algérienne, et à ramener au jour des faits inédits, sans risquer d’étouffer les observateurs avertis sous le poids des incomplétudes.

Ce souci implique non seulement de décrire les acteurs et les réalisations de cette politique, afin d’en dégager les principales caractéristiques, mais aussi d’en souligner les enjeux d’un point de vue national.

J’ai donc décidé arbitrairement d’écrire ces pages, en faisant appel aux techniques du portrait, dont chacune raconterait l’histoire de l’un de ses symboles et composerait l’ensemble du récit. 

J’en ai fait la liste que vous trouverez un peu plus loin, et pour chaque figure emblématique, j’ai pris quelques notes. Etant entendu que le choix et l’ordre se sont imposés d’eux-mêmes, mus par la sorte d’indéfinissable, mais irrésistible penchant des aléas du cœur. Ces pages auront-elles rempli le devoir assigné à ce travail ? Immanquablement, d’autres doivent le compléter. 

Plus que dans d’autres pays sans doute, les historiens , les diplomates et les intellectuels algériens, en général, s’en sont tenus éloignés, à de rares exceptions près, de leur histoire nationale, et de manière plus ou moins consciente, de l’histoire de leur diplomatie, qui a connu son baptême de feu en pleine guerre de Libération nationale, où ses symboles emblématiques et ses figures de proue, à l’instar de Hocine Ait Ahmed, M’hamed Yazid , Réda Malek , Ahmed ben Bella et Abdelaziz Bouteflika , ont signé son acte de naissance.

Plus d’un demi-siècle plus tard, il est temps de passer à la pédagogie et à la communication pour présenter à la jeunesse et aux jeunes diplomates les acteurs et la richesse des valeurs de la diplomatie algérienne, qui continue d’être au cœur de l’histoire et des nouveaux enjeux des relations régionales et internationales.

La politique extérieure de l’Algérie, dont les grandes orientations sont fixées par le Président de la République, repose sur un certain nombre de valeurs et principes, puisées des mêmes règles depuis la naissance dans les maquis de l’Etat révolutionnaire algérien qu’il importe de rappeler très succinctement:: respect de la souveraineté nationale et de l’intégrité territoriale des Etats ; non-ingérence dans les affaires intérieures ; droit à l’autodétermination des peuples ; intangibilité des frontières héritées du colonialisme; soutien et aide aux peuples en lutte pour leur liberté et leur indépendance ; diversification des relations économiques ; équidistance des relations et non-alignement ; offre de bons offices pour dénouer des crises et des conflits inutiles et délétères mettant aux prises des pays amis.

Depuis, la diplomatie algérienne a toujours eu à assurer honorablement son rôle au sein de la communauté internationale où elle a joué un rôle prépondérant en faveur de la promotion d’un monde où règnent la paix, la sécurité et la stabilité.

Dans un monde incertain, les valeurs de novembre sont d’un grand secours, le Président Abdelaziz Bouteflika ne cesse de le rappeler. Elles demeurent le pré-requis de l’action du Ministre Abdelkader Messahel, qui montre de jour en jour qu’il est résolu à poursuivre le grand dessein de ses ainés : la concorde civile, la réconciliation nationale et le vivre ensemble en paix.

Presque soixante ans après, il est désormais possible de retracer l’évolution de l’itinéraire de ceux qui ont eu l’honneur de gérer son action avec abnégation et fidélité à qui je veux rendre ici hommage pour l’immense travail accompli au service de l’Algérie.

Parmi eux, Abdelaziz Bouteflika, l’homme qui a donné à la diplomatie algérienne ses lettres de noblesse, mais aussi les dignes fils de la Mecque des révolutionnaires, tels : Abdelhamid Mehri, en tant qu’ancien ministre des affaires nord africaines, Mohamed Lamine Debaghine , Krim Belkacem, Saâd Dahlab, Mohamed Khemisti, Ahmed Ben Bella, Mohamed Seddik Ben Yahia, Ahmed Taleb Ibrahimi, Boualem Bessaih, Sid Ahmed Ghozali, Lakhdar Brahimi, Redha Malek, Abdelatif Rahal, Ahmed Ouyahia,  Mohamed Salah Dembri, Ahmed Attaf , Youcef Yousfi, Abdelaziz Belkhadem, Mohamed Bedjaoui, Mourad Medelci, , Ramtane Lamamra , Nourredine Harbi, Mohamed Abderkane , Abdelaziz Khellef, Lahcene Moussaoui, Tedjini Salaouandji, Ahmed Amine Kherbi, Abdelaziz Ziari, Halim Benattalah, Abdelmadjid Bouguerra et enfin Abdelkader Messahel, la fine lame de la diplomatie algérienne,  que d’aucuns considèrent comme l’acteur majeur qui compte actuellement sur la scène régionale , grâce aux conseils et à la sagesse du Président Abdelaziz Bouteflika .

Une autre liste d’hommes au parcours singulier sera également  élaborée dans un proche avenir pour compléter ce tableau des piliers de la diplomatie algérienne. (A suivre)

 Par M. Ould El Bachir

     (Universitaire)  

Lire tous les articles de la rubrique Focus