Mme Zoubida Assoul et sa "réserve de droit de porter plainte"

Mme Zoubida Assoul et sa "réserve de droit de porter plainte"
Contribution | 10 Juillet 2020 | 17:15

Par Djerrad Amar

C’est depuis l’apparition du Livre que Mme Zoubida Assoul dit qu’elle se « réserve le droit » de poursuivre le Dr Bensaada (et l’éditeur) !

Elle nous semble bien déroutée par le livre et maladroite dans ses répliques !

Au lieu de dire, par exemple, simplement «j'ai lu le livre »...elle détourne en ajoutant par «curiosité intellectuelle» trahissant par-là la peine que le livre lui semble lui avoir infligé surtout à son « patriotisme » qu’elle revendique, à la faveur du Hirak! 

Un livre de cette qualité informationnelle doit bien-sûr être lu, mais surtout « analysé » avant d’être critiqué, en avançant des contre arguments, des preuves et non 'parcouru' pour voir «ce qu’il dit de moi d’offensant». La logique intellectuelle impose une démarche intellectuelle et non des réactions colériques qui aveuglent et figent le raisonnement.

Elle sait qu'elle est face à des preuves incontestables et vérifiables qui ne viennent pas d’une invention !

Quelle sont donc ces passages, « diffamatoires » et/ou «offensants » susceptibles de réparation par le biais de la justice ? 

Se sentir visée par la question « qui sont ces ténors autoproclamés… » n’est ni un argument recevable, ni une offense, ni une diffamation ! De même que le sentiment d’être touché dans son « patriotisme » ! De n’avoir jamais sollicité être dans la «Présidence collégiale» ? (proposée par M. Addi). Est-ce une diffamation ou une offense ? A-t-elle contesté auprès de M. Addi ?  Quand une certaine presse ne cesse de la présenter, avec d’autres, comme «figures de proue» du Hirak, a-t-elle réfuté cette qualification ? Personne ne l’a fait tant quelle les met, positivement, au-devant de la scène ! 

Toutes ces levées de boucliers surgissent juste après la parution du Livre ! C’est curieux non ?

La colère est souvent le réflexe d’une peur, dans ce cas injustifiée ! 

Confrontons la vidéo (en ligne) du sulfureux pseudo-nommé « amirdz » par laquelle il déverse sur Mme Assoul tous les qualificatifs dégoûtants, attentant à son honneur, condamnables par la loi, avec ce que dit sur elle le livre ? Incomparable ! Nous n’avons pas vu de sa part une plainte déposée ou une « réserve de droit », même pas une « protestation » ! Le monde sait que « amirdz » est le guignol de certains « démocrates » et des islamistes de «Rachad » dont Al Magahribia est le porte-voix. Un milieu dont elle a bien accepté les « invitations ». Alors ? Ici, on reste sur son quant-à-soi?   

Il est certain que si elle « poursuit » le Dr Bensaada son implication sera encore plus visible et plus dommageable ! A ce niveau, il reste toujours d’autres arguments … !

On a observé que l’auteur Bensaada ne réplique que rarement, mais quand il le fait, c’est pour mieux compromettre les détracteurs cités, avec d’autres faits !

Mme Assoul affirme que le Livre est « commandité » (entendre par le « pouvoir » puisqu’on ne cesse d’accuser l’auteur d’en être à sa solde). Et si d’aventure le Dr Bensaada la poursuit en justice pour lui exiger la preuve ainsi que les noms des commanditaires ? Elle serait bien embarrassée !

Il nous semble, amicalement, qu’elle ferait mieux de s’apaiser en se faisant aussi oublier ! C’est plus sage et plus raisonnable ! On dit qu’ « agir dans la colère, c’est s’embarquer dans la tempête ».

Amar Djerrad

*Les opinions exprimées dans cet article sont celles de l'auteur et n'engagent pas le journal

Lire tous les articles de la face B de l'info