Pétrole : le Brent à plus de 70 dollars jeudi matin

 Pétrole :  le Brent à plus de 70 dollars jeudi matin
Par Abbès Zineb | 09 Mai 2019 | 12:46

Les prix du pétrole reculaient jeudi en cours d'échanges européens dans un marché oscillant entre hausse et baisse, pris entre les tensions commerciales sino-américaines qui pourraient peser sur la demande et celles au Moyen-Orient qui pourraient affecter l'offre.

 Ce jeudi matin, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juillet valait 70,28 dollars à Londres, en baisse de 9 cents par rapport à la clôture de mercredi.

 A New York, le baril américain de WTI pour le contrat de juin cédait 23 cents à 61,89 dollars. Les Etats-Unis et la Chine se retrouvent jeudi à Washington pour des négociations commerciales à l'issue des plus incertaines, les deux puissances se menaçant mutuellement de nouvelles mesures protectionnistes.

 "Si les négociations commerciales entre les deux plus grandes économies mondiales s'effondrent, cela estompera les espoirs d'une reprise de la croissance mondiale et les incertitudes sur la demande (de pétrole) vont revenir au devant de la scène", a résumé Han Tran, analyste.

 Les séances de jeudi et vendredi "vont se focaliser sur les gros titres et les tweets sur les négociations", a donc estimé Olivier Jakob, analyste.

 Mais les investisseurs doivent également prendre en compte les tensions autour de l'Iran, alors que l'accord sur le programme nucléaire est fragilisé.

 Alors que l'Arabie saoudite avait promis de remplacer les barils effacés du marché par les sanctions américaines contre Téhéran, les importations de brut des Etats-Unis depuis le royaume sont tombé à leur plus bas depuis 2010, à 311.000 barils par jour en moyenne la semaine dernière, selon les données de l'agence d'information sur l'Energie (EIA).

 "L'Arabie saoudite compte produire en juin moins de pétrole que le pays ne pourrait le faire dans le cadre de l'accord de l'Opep+", ont souligné les analystes.

 "Les risques géopolitiques sont encore très élevés, mais pour l'instant, le marché ne peut pas échapper au conflit commercial", a insisté M. Jakob. 

Voir tous les articles de l'économie