Pétrole: le Brent à 40,28 dollars jeudi à Londres

Pétrole: le Brent à 40,28 dollars jeudi à Londres
Par Amel Benabi | 25 Juin 2020 | 13:04

Les prix du pétrole étaient proches de l'équilibre jeudi, après avoir dégringolé de 5% la veille, dans un marché fragilisé par de nouveaux cas de Covid-19 dans le monde, des stocks américains records et des chiffres moroses du FMI.

 Dans la matinée, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en août valait 40,28 dollars à Londres, en baisse de 0,10% par rapport à la clôture de mercredi.A New York, le baril américain de WTI pour le même mois perdait 0,37%, à 37,87 dollars.

 La baisse des cours amorcée mercredi " rappelle que tout ne va pas encore bien sur le marché",ont estimé les analyste du marché pétrolier. "Les stocks (américains) ont de nouveau augmenté, tandis que la demande est de nouveau menacée par le nombre d'infections en hausse", selon les analystes.

 L'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA) a en effet fait état mercredi d'une nouvelle  hausse des stocks de pétrole brut qui battent ainsi leur niveau record.

 Il s'agit de leur troisième hausse d'affilée dans un marché toujours préoccupé par la faible demande et l'impact de la pandémie de Covid-19 sur la consommation.

 Les investisseurs se laissent également gagner par les inquiétudes d'une propagation du Covid-19 aux Etats-Unis, où le rythme des contaminations s'est accéléré de manière alarmante, notamment dans le Sud.

 Le seuil des dix millions de cas de Covid-19 dans le monde devrait être atteint la semaine prochaine alors que la pandémie n'a pas encore atteint son pic dans la région des Amériques, a averti mercredi l'Organisation mondiale de la Santé (OMS).

 Les marchés "attendent désormais les réponses des gouvernements qui détermineront le dynamisme de la demande et auront une influence capitale sur les prix", a complété M. Tonhaugen.

 Le Fonds monétaire international (FMI)  a estimé mercredi que la récession mondiale pourrait atteindre 4,9% en 2020, bien plus que les 3% anticipés en avril. Et pour certains pays notamment en Europe, la contraction du Produit intérieur brut est vertigineuse: -12,5% pour la France, -12,8% pour l'Espagne et l'Italie(Avec agences).

       

        

 

       

 

Voir tous les articles de l'économie