Ouverture des grands chantiers économiques juste après les législatives

               Ouverture des grands chantiers économiques juste après les législatives
Par Nabil Semyane | 21 Septembre 2020 | 11:42

Au cours de la rencontre du président avec des responsables de journaux, il a été longuement question d’économie et pour cause ! Il a promis l’ouverture d’ateliers économiques «immédiatement après les élections" afin de réaliser un bond économique "en concertation avec tous les acteurs de la société".

Ces ateliers, seront organisés par une commission nationale qui comprendra, entre autres, des économistes, des sociologues, des journalistes, des syndicalistes, des imams ainsi que toutes les autres catégories de la société", a souligné le président Tebboune.

 Annonçant également la "révision prochaine de la loi sur la Monnaie et le Crédit et l'engagement d'une réflexion sur la création de mécanismes pour couvrir les risques de change encourus par les opérateurs économiques en raison de la dépréciation de la monnaie nationale", le président de la République a souligné l'impérative "réduction" du budget destiné aux transferts sociaux, oscillant entre 12 et 14 milliards de dollars par an.

 Une réduction qui n’attentera cependant pas aux catégories défavorisées, aux pauvres et aux indigents", a-t-il rassuré, ajoutant que la révision constitutionnelle "préservera le caractère social de l'Etat’’.

Au plan économique, toujours, le Président de la République a indiqué que l'Algérie ne renoncera pas à l'accord d'association avec l'Union européenne (UE), mais procédera à une révision du calendrier relatif au démantèlement tarifaire en fonction de ses intérêts économiques.

Soulignant que l'UE est un partenaire "auquel nous nous attachons", M. Tebboune a insisté, toutefois, sur l'attachement de l'Algérie à ses intérêts économiques et ses efforts pour construire une économie indépendante de la rente.

"Nous allons revoir le calendrier de démantèlement et l’UE est d'accord concernant cette révision à laquelle s'attellent des économistes", a-t-il assuré, affirmant que l’Algérie était ‘’en principe, un partenaire de l'UE mais pas au détriment de son économie".

S’agissant du soutien financier de l'Etat aux entreprises économiques impactées par la pandémie de Covid-19, le Président Tebboune a indiqué que la loi de finances pour 2021 précisera tous les détails de ce soutien et que l’Etat indemnisera les entreprises touchées par la pandémie, avant de souligner, en même temps la nécessité de protéger les banques, à travers la loi, afin de leur permettre de jouer leur rôle dans ce domaine.

Voir tous les articles de l'économie