Montage automobile et autres affaires: Ahmed Ouyahia rejette en bloc toutes les accusations

       Montage automobile  et autres affaires: Ahmed Ouyahia rejette en bloc toutes les accusations
Par Nabil Semyane | 09 Janvier 2021 | 18:43

Le dossier relatif au montage automobile et au financement occulte de la campagne électorale de Abdélaziz Bouteflika  est de nouveau jugé par la Cour d’Alger avec une nouvelle composante du tribunal, après l’arrêt de la Cour suprême invalidant le verdict en appel.

 Ahmed Ouyahia, ancien premier ministre est le premier à être entendu samedi, depuis l’établissement pénitentiaire d’Abadla(Béchar)où il est incarcéré, niant en bloc toutes les charges retenues contre lui , notamment "octroi d’indus privilèges, abus de fonction, conflits d'intérêts et blanchiment d'argent".

 Interrogé sur les raisons du transfert du secrétariat général du Conseil national de l'investissement (CNI) aux services du Premier ministre au moment où il a été décidé d’arrêter l’importation de véhicules et d'aller vers le montage automobile, Ouyahia a dit que la décision avait été prisepar les membres du CNI et non par lui (en sa qualité de président dudit Conseil).

L'instance était auparavant rattachée au ministère de la Promotion des investissements, mais, après la suppression de ce ministère en 2014, elle a été rattachée au ministère de l'Industrie, a-t-il expliqué.

Interrogé sur la raison pour laquelle le Conseil national de l’investissement n’a pas été transféré au ministère de l’Industrie, Ouyahia a fait valoir que le CNI n’examine pas seulement les projets industriels, mais tous les dossiers d'investissement dans tous les secteurs.

Concernant les critères de sélection des "5+5" autorisés à investir dans la filière du montage automobile, Ouyahia a répondu que les opérateurs retenus sur les 89 candidats à l’investissement dans ce secteur avaient été sélectionnés parce qu’ils étaient en activité dans le domaine et pas pour une autre raison.

Il a démenti, en outre, l’exclusion des dossiers de certains opérateurs, à l’instar du "Groupe Cevital", "Achaîbou" ou "Amine Auto", arguant que leurs dossiers n’ont pas été déposés au niveau du CNI.

Concernant l’origine de ses fonds placés dans trois comptes (bancaires et postaux), M. Ouyahia a souligné qu’il ne provenaient pas des hautes fonctions qu’il avait occupées et que s’il avait refusé auparavant de s’exprimer autour de cette question c’était pour "ne pas porter atteinte aux relations unissant notre pays à certains pays amis".

Il a affirmé qu'il recevait, en sa qualité de Premier ministre, "des lingots d’or en cadeau de la part des dirigeants des pays du Golfe", ajoutant qu'il les avait "vendus au marché parallèle à 350 millions DA et placé l’argent dans ses comptes". Il a reconnu ne pas avoir déclaré ces sommes parce qu’il était en soins depuis 2017.

S’agissant des sociétés, dont ses deux fils sont propriétaires, il a réaffirmé "qu’ils ont obtenu des crédits bancaires dans le cadre de l'Agence nationale de soutien à l'emploi des jeunes (ANSEJ) pour la création d’une imprimerie et d’une compagnie de sécurité informatique", assurant "qu’ils n’ont pas bénéficié d’avantages".

 

Voir tous les articles de l'économie