Les journalistes et techniciens du groupe médiatique «Temps Nouveaux» exigent le départ du Directeur général

 Les journalistes et techniciens du groupe médiatique «Temps Nouveaux» exigent le départ du Directeur général
Par Amel Benabi | 26 Novembre 2019 | 12:50

Rien ne va plus au sein du groupe médiatique «Temps Nouveaux» (qui comprend Dzair News, Le Temps, Al Waqt), appartenant à l’homme d’affaire Ali Haddad qui croupit en prison depuis le mois d’avril dernier.

Il y règne un climat de tension depuis la suspension de quatre journalistes du «Temps d’Algérie» dont le rédacteur en chef  suite aux critiques émises par Aissa Moussi sur sa page Facebook à propos de la «Une» qui appelait à  un «vote massif».

Désormais, l’affaire dépasse le cadre de cet incident et c’est la majorité des travailleurs qui réclame la tête du directeur général, Mouloud Louail qui a été pourtant propulsé à ce poste par ces derniers.

L’Assemblée Générale organisée lundi au siège du groupe a en effet failli tourner au vinaigre confie un journaliste qui était sur place.

Alors que les travailleurs voulaient discuter face à face avec leur directeur pour lui exprimer leurs revendications, ce dernier a tout bonnement refusé de descendre de son bureau.

Il n’en fallait pas plus pour des employés au bout des nerfs pour «monter» le voir et lui dire les quatre vérités en face.

Mais ce dernier, au lieu de calmer les choses, a plutôt fait monter la tension d’un cran en appelant la police qui est intervenue immédiatement selon notre source.

Or, contacté par un confrère, le directeur aurait nié avoir appelé les services de police mais les journalistes qui ont tout filmé, promettent de balancer la vidéo dans le prochain journal télévisé de Dzair TV.

A l’heure où nous écrivons ces lignes, la situation reste tendue, et les journalistes et techniciens du groupe ne veulent rien savoir : «Nous allons dégager le directeur et le syndicat qui le soutient aujourd’hui ! », peste le journaliste.

Il en veut d’autant plus que, au moment où l’entreprise peine à honorer les arriérés de salaires de plus de 300 travailleurs, le directeur, aurait, confie notre source, gratifié certains journalistes et syndicalistes qui le soutiennent des augmentations allant jusqu’à 50% !

Pis encore, l’ex journaliste de Dzair Tv, bombardé directeur général, se serait permis de recruter des cadres de l’administration dont un nouveau DRH, pointent par ailleurs les grévistes.  

Ces évolutions interviennent à la veille d’un rassemblement des travailleurs du groupe médiatique de Ali Haddad prévu demain mercredi, à la maison de la presse Tahar Djaout. 

Voir tous les articles de l'économie