La société des services Internet du fils de Khaled Nezzar au bord de la rupture

La société des services Internet du fils de Khaled Nezzar au bord de la rupture
Par Amel Benabi | 30 Juillet 2019 | 17:32

La société SLC Smart Link Com (SLC), fournisseur de solution internet sans fil pour les professionnels, propriété de Lotfi Nezzar, fils du général à la retraite Khaled Nezzar, annonce «l’imminence» de la «coupure totale» de ses services à ses clients.

Dans un communiqué rendu public aujourd’hui mardi, SLC pointe Algérie Télécom et l’autorité de régulation des télécoms d’être derrière cette «décision politique».

«Cette menace émane d’Algérie Télécom, dans ce qui s’apparente à une mesure éminemment politique, et qui, malgré nos multiples courriers de sollicitation aux plus hautes instances de l’Etat, a décidé de passer outre la loi et la règlementation», lit-on en effet le communiqué de SLC adressé à ses clients.

Et d’ajouter qu’Algérie Telecom «menace de procéder à la coupure du notre lien de secours après avoir coupé unilatéralement, depuis jeudi 18 juillet, le lien principal».

Cette société qui active depuis une quinzaine d’années et qui dispose d’un portefeuille client très select, regrette que les pouvoirs publics n’aient pas fait de distinction les propriétaires (Khaled Nezzar et ses enfants) et l’entreprise commerciale.

«Il est à déplorer l’amalgame fait par Algérie Télécom et par ses donneurs d’ordres entre l’actualité qui concerne la personne des propriétaires et SLC en tant qu’entreprise. Nous subissons depuis près d’un mois d’énormes pressions qui ne trouvent leur origine ni dans des problèmes techniques ni dans des questions financières», souligne le communiqué de SLC.

Tout en attirant l’attention sur des «perturbations» voire des «ruptures totale des communications» que connaitront prochainement des entreprises les plus «sensibles du pays» (banques, ambassades, compagnies aériennes et pétrolières …), ce fournisseur privé d’accès à internet, invite ses clients à prendre leurs dispositions pour assurer la continuité de leurs activités.

Pour SLC la cause est entendue et que son avenir est scellé. «Face à l’arbitraire, et devant ce malheureux épilogue prévisible, il ne nous reste plus qu’à vous remercier pour votre fidélité, en espérant l’avènement prompt d’une nouvelle direction pour le pays qui rétablira le droit » lit -on dans son communiqué. 

Sans doute que les déboires de la société de Lotfi Nezzar sont liés au Tweets décapants de son père contre le chef d'état-major de l'armée depuis sa retraite en Espagne.  


Voir tous les articles de l'économie