Kamel Rezig innove : une Commission pour veiller à la moralisation de l’acte Commercial

 Kamel Rezig innove : une Commission pour veiller à  la moralisation de l’acte  Commercial
Par Nourredine B | 21 Mai 2020 | 21:39

Le ministre du commerce, Kamel Rezig a-t-il trouvé la panacée à la situation délétère qui prévaut dans les différents marchés de son secteur ?

A tout le moins a-t-il fait preuve d’ijtihad, en annonçant, jeudi,  l’installation officielle de la "Commission de moralisation de l’acte commercial", dont la mission tend à «réhabiliter l’activité commerciale et en finir avec les pratiques négatives dans les marchés, tels la spéculation et la fraude dans les prix» a soutenu le ministre, lors d’une réunion au siège de son département  consacrée à la permanence des commerçants, pendant les deux jours de l’Aïd El-Fitr.

L’occasion pour lui de souligner  que «la régulation du marché et son organisation ne sauraient se concrétiser qu’à travers la moralisation de l’acte commercial, à même de permettre de réhabiliter l’activité commerciale et l’adopter les bonnes pratiques, telles la probité et la transparence», dira-t-il.

Il fera savoir que cette nouvelle instance devrait présenter les résultats de ses travaux à l’échancre du  15 septembre prochain, précisant  que le ministère «adoptera, après l’accord des Autorités supérieures du pays, les conclusions de cette commission en vue de revoir certains textes de loi et les dispositifs réglementant l’activité commerciale».

Il convient de savoir que présidée par le ministre en personne, la Commission de moralisation de l’acte commercial comprend tous les secteurs concernés, des représentants des services de sécurité, police et gendarmerie, des représentants d’associations de protection du consommateur et des fédérations des commerçants.

Déclinant sa composante, Kamel  Rezig, a révélé  qu’elle était  constituée de huit  sous-comités restreints.

Dans le détail, il est avancé que le premier sous-comité travaillera sur le segment du marché des fruits et légumes frais, le deuxième s’intéressera à l’activité des viandes rouges et blanches, poissons et œufs, le troisième se chargera des produits d’épicerie, alors que le quatrième activera dans le domaine des produits de nettoyage, cosmétique, maintenance et de droguerie.

L’électro-ménager, les équipements ménagers et du mobilier, l’habillement, la chaussure et cuir, le  secteur des services et enfin, les espaces commerciaux seront sous la coupe des sous-comités restants.

La mission de tout ce beau monde  commencera dès la fin du Ramadhan, a ajouté le ministre, conviant  les différents ministères concernés à désigner leurs représentants ainsi que des représentants de la sûreté nationale, des associations de protection du consommateur et des unions des commerçants.

Voir tous les articles de l'économie