Air Algérie : Bakhouche Allèche aligne ses chiffres, évoque la ligne Alger- New York

Air Algérie : Bakhouche Allèche aligne ses chiffres, évoque la ligne Alger- New York
Par Nourredine B | 20 Octobre 2019 | 14:17

Répondant, ce dimanche, à certaines questions dans un entretien accordé à l’Aps, le P-dg de la compagnie nationale aérienne, Air Algérie, Bakhouche Allèche, a pointé le chiffre d’affaire (CA) réalisé par son entreprise à fin juillet 2019, soit à la moitié de l’exercice, où il déclinera un CA de 53 milliards DA.

«Nous avons réalisé un chiffre d'affaires de 53,5 milliards à fin juillet 2019. Nous avons toujours été cash-flow positif et nous ne connaissons pas de problèmes de trésorerie majeurs», a-t-il avancé avant de rappeler que pour 2017 et 2018, les chiffres d'affaires s’étaient établis, respectivement, à 91 milliards DA et 102 milliards DA.

Une progression, donc, de l’ordre de «12%, par rapport aux années précédentes» a estimé le patron d’Air Algérie.

Il prendra le soin de faire remarquer que le réseau domestique plombait les résultats de l'entreprise «du fait qu'il ne contribue qu'à hauteur de 10% au chiffre d'affaires, alors que presque la moitié (48%) de l'enveloppe globale de ses vols sont consacrés à la couverture du réseau intérieur», explique-t-il.

Rebondissant, ensuite, sur les difficultés que connait son entreprise pour s’imposer sur le marché africain, Allèche estime que ce marché était «difficile» au regard de «la concurrence, l'importance des coûts d'exploitation et le pouvoir d'achat limité qui y sont associés», fait-il observer mettant en avant, encore,  que «Ces facteurs défavorables sont aggravés, par l'absence d'un trafic point à point important entre l'Algérie et l'Afrique en raison de la faiblesse des relations économiques et touristiques entre les deux parties».

Enfin et abordant les projets de lancement par Air Algérie de nouvelles lignes notamment vers la Chine (Shanghai) et les Etats-Unis (New York), Allèche a soutenu que les lignes longs courriers ayant des coûts d'exploitations très élevés, «nous nous devons d'être tempérés», dira-t-il.

Enfin et s’agissant de la ligne Alger/New York, le P-dg de la compagnie nationale aérienne a rappelé qu'Air Algérie avait déjà démontré ses capacités à exploiter des lignes vers le continent Nord-Américain, affirmant qu' «elle était donc prête à se lancer sur ce marché, sous réserve d'une autorisation par les autorités aéronautiques américaines, qui conditionne cet accord par l'accomplissement de certains préalables, dont l'audit de l'autorité aéronautique algérienne».

"Nous sommes donc en attente de la satisfaction de cette condition", a -t-il précisé .

Voir tous les articles de l'économie