Agriculture : Un programme de 9 milliards de dinars pour le développer le palmier dattier

Agriculture : Un programme de 9 milliards de dinars pour le développer le palmier dattier
Par Lila Ghali | 13 Novembre 2011 | 15:44

Un programme national de recherche et développement du palmier dattier va être lancé début 2012 en vue de préserver et de valoriser le patrimoine phoenicicole national, qui fait face actuellement à plusieurs défis comme les maladies et la mauvaise gestion de l'eau, a annoncé dimanche le directeur général de l'Institut national de recherche agronomique d'Algérie (INRAA), M. Foued Chehat.

Ce programme, qui devrait être validé par l'Institut national de recherche agronomique d'Algérie en décembre prochain, s'étale sur quatre ans et coûterait une enveloppe de 9 milliards de DA, a révélé à l’APS M. Chehat en marge du premier symposium international sur le palmier dattier.

L'Algérie est le pays qui possède le plus grand nombre de variétés de dattes au monde, estimées à 994 variétés recensées à ce jour. Selon M. Chehat, ce plan va accentuer la recherche sur l'identification des variétés de palmiers dattiers résistantes aux différentes maladies touchant les palmeraies.

Il s'agit également de travailler sur les nouvelles maladies apparues comme le Charançon rouge, la maladie de la feuille cassante ainsi que sur leurs prédateurs. Bien qu'aucun cas n'ai été enregistré en Algérie, le Charançon rouge, détecté en Libye et au Maroc, constitue une menace pour les palmeraies algériennes, selon des spécialistes.

Le programme de recherche sur le palmier-dattier va axer ses recherches sur la maîtrise de l'eau, en introduisant des systèmes d'économie de l'eau pour satisfaire les besoins d'extension des palmeraies et éviter le gaspillage de cette ressource et la salinisation des sols.

La valorisation des produits et sous-produits du palmier sera également prise en charge par les professionnels dans le cadre de ce programme. "Il s'agit de mettre au service des agriculteurs de nouvelles méthodes de valorisation des variétés qui ne se vendent pas facilement en créant des entreprises de transformation", préconise M. Chehat.

Mots-clés :
Catégories : Actualité Economie

Voir tous les articles de l'économie