Quelques remarques opérationnelles pour améliorer le programme des énergies renouvelables

Quelques remarques opérationnelles pour améliorer le programme des énergies renouvelables
Par Pr Abderrahmane Mebtoul | 12 Février 2017 | 12:03

Je viens de recevoir les remarques suivantes  de Paris le 11/02/2017,  concernant le nouveau programme P.N.E.E,  de mon ami Chérif Ouabdesselam, ancien vice président de Sonatrach, brillant manager, dont j’ai eu l’honneur il y a quelques années de préfacer son ouvrage "sur le management stratégique", expert  actuellement  dans un grand groupe international,  et frère du défunt le professeur El Hadj Abdelaziz Ouabdesselam,  ex directeur pendant de longues années  de l’école polytechnique d’El Harrach, qui a formé des milliers de brillants ingénieurs algériens. Je souhaiterai que  le gouvernement   prenne en compte ces remarques.

1- Cher ami Abderrahmane Mebtoul,

Notre confiance mutuelle a été scellée dans un modeste ouvrage que vous avez bien voulu me dédicacer. De plus, vos nombreux articles parus dans la presse illustrent bien votre honnêteté et votre dévouement à la cause de l’Etat algérien. C’est pourquoi je voudrai vous faire part de ce qui suit :

 Pour améliorer l’Efficacité Energétique dans les bâtiments, l’Etat algérien a décidé de consentir une subvention couvrant les surcoûts afférents à l’emploi de panneaux isolants, dans le cadre du  nouveau Programme quadriennal d’Efficacité Energétique (P.N.E.E) de 100.000 logements/an.  Ce faisant, on s’est contenté de maintenir les techniques ancestrales de construction à base de briques creuses d’argile cuite pour n’y ajouter que des panneaux isolants sans penser qu’il existe AUSSI des matériaux de construction isolants qui, tout en étant productibles localement, pourraient bien réduire la facture d’importation des panneaux isolants.

 Or, il se trouve que l’introduction de la nouvelle technique des « monomurs » en blocs de béton mousse pour la construction de murs de façade, en substitution des murs à double paroi en briques creuses pourrait A LUI SEUL, générer une économie de panneaux isolants représentant 7 à 8 % des coûts des logements. De surcroît, une telle économie permettrait à l’Etat de subventionner ENTIÈREMENT la construction d’usines de fabrication de blocs de béton mousse. Un telle initiative permettrait non seulement d’accroître davantage l’Efficacité Énergétique, mais aussi de valoriser nos propres ressources et de favoriser l’emploi.

Pour le nouveau programme P.N.E.E, l’Etat algérien se trouverait ainsi dans la situation suivante:

 Option 1 : Maintien de la subvention devant couvrir les surcoûts afférents aux panneaux isolants représentant 80 % du surcoût en panneaux isolants et jusqu’à 20 % du coût nominatif des logements

 Option 2 :  Réduction de 7 à 8 % de ladite subvention, évaluée à 210 à 240 millions de D.A/logement et octroi d’une subvention à des industriels algériens désirant se lancer dans la fabrication de produits en béton mousse, et représentant l’INTEGRALITE de l’investissement nécessaire pour atteindre une capacité de 200 m3/24 h, soit l’équivalent de 1.250 logements/an et évalué à 200 millions de D.A.

Bien amicalement

Chérif Ouabdesselam

2- Précisions du Professeur Mebtoul :

Dans  le  radar d’un important  quotidien arabophone  en date du 11 février 2017,  il a été  mentionné que j’avais été  conseiller auprès  de Mr Amar SAADANI ex secrétaire général du FLN. Après  de nombreux appels à ce propos, je  tiens à apporter les précisions suivantes à l’opinion publique afin qu’elle  ne soit pas  induite en erreur : 

- 1. Je n’ai jamais été conseiller de l’ex secrétaire général du parti du FLN, dont je n'ai jamais eu de contacts.

- 2. Selon la décision - réf 08/11/2016/SG/FLN, en  date du 10 novembre 2016, le docteur   Djamel OULD ABES  m’a désigné,  comme expert pour des dossiers économiques  directement à son niveau.

-3-Tout en gardant ma liberté de penser, je suis militant de base de ce parti et c’est mon droit, depuis plus de  trois  décennies.

 -4.- Etant mu uniquement par les intérêts supérieurs  du pays, j'ai accepté. -Ce n’est pas la première fois puisque j’ai eu à diriger   pour le compte du comité central du parti du FLN en 1980   une importante  étude sur les réformes que devaient  engager le pays. 

Catégories : Eclairage éco

Voir tous les articles de l'éclairage éco