Pour une réorientation urgente de la politique industrielle

Pour une réorientation urgente de la politique industrielle
Par Pr Abderrahmane Mebtoul | 07 Juillet 2017 | 15:09

 J’ai  attiré depuis plus de 5 ans le gouvernement sur l'urgence de revoir sa politique de subventions et sa politique industrielle Ci-joint une très synthèse du rapport remis au gouvernement,  le 03 janvier 2013 (10 volumes 980 pages assisté de 20 experts)  qui reprenait une  analyse  en date du 11 février 2012 ( voir www.golgle.com) ,   dont  maints extraits   sont parues entre 2015 et janvier/avril 2017 sur le  site www.algerie1.com.

1.- –Pour une réorientation de la politique industrielle

1.1- La majorité des experts donc ceux du conseil économique et social  disaient tout le contraire de ce que propose aujourd’hui le gouvernement. Comment peuvent-ils être crédibles ?  Je n’ai pas  attendu aujourd’hui pour titrer sur une ambulance.  Car ce qui m’intéresse ce ne sont pas les personnes mais l’avenir de l’Algérie. Dans plusieurs contributions datant de plusieurs années, j’ai attiré l’attention du gouvernement que le cours des hydrocarbures sera bas est dans la durée   (voir ma conférence devant le premier ministre et les membres du gouvernement Club des Pins Alger  04 novembre 2014 et devant les cadres supérieurs de la DGSN  le 15 mai 2015 –école supérieure de police de Châteauneuf ronéotypé www.golgle.com ). Et   que tant la politique des subventions généralisées que  la politique industrielle  actuelle conduit l’Algérie droit au mur. En panne d’idées, l’Algérie doit éviter de vivre de l’illusion et des schémas du passé, ces slogans dépassés que le moteur du développement quant le bâtiment va tout va ou les industries mécaniques classiques dont celle des voitures en grande partie des montages de très faibles capacités, fortement capitalistiques où l’Algérie supporte tous les surcoûts avec la règle des 49/51%. Sans une réorientation de la politique économique, se fondant sur la bonne gouvernance et la valorisation de la connaissance, l’Algérie risque de se retrouver dans une impasse horizon 2018/2020 avec le risque de l’épuisement des réserves de change où les opérateurs étrangers, ne pouvant être payés, risquent de nous abandonner à notre propre sort. C’est que l’’émergence d’une économie et d’une société mondialisée produit du développement du capitalisme, processus non encore achevé, et la fin de la guerre froide depuis la désintégration de l’empire soviétique, remettent en cause d’une part la capacité des Etats-nations à faire face à ces bouleversements et d’autre part les institutions internationales héritées de l’après-guerre. Ce n’est plus le temps où la richesse d’une Nation s’identifiait aux grandes firmes des Nations, les grandes firmes ayant été calquées sur l’organisation militaire et ayant été décrites dans les mêmes termes : chaîne de commandement, classification des emplois, portée du contrôle avec leurs chefs, procédures opératoires et standards pour guider tous les dossiers. Tous les emplois étaient définis à l’avance par des règles et des responsabilités pré-établis. Comme dans la hiérarchie militaire les organigrammes déterminaient les hiérarchies internes et une grande importance était accordée à la permanence du contrôle, la discipline et l’obéissance. Cette rigueur était indispensable afin de mettre en œuvre les plans avec exactitude pour bénéficier des économies d’échelle dans la production de masse et pour assurer un contrôle strict des prix sur le marché. Comme dans le fonctionnement de l’armée, la planification stratégique demandait une décision sur l’endroit où vous voulez aller, un suivi par un plan pour mobiliser les ressources et les troupes pour y arriver. A l’ère mécanique totalement dépassée, la production était guidée par des objectifs pré-établis et les ventes par des quotas déterminés à l’avance. Les innovations n’étaient pas introduites par petits progrès, mais par des sauts technologiques du fait de la rigidité de l’organisation. Au sommet de vastes bureaucraties occupaient le rectangle de l’organigramme, au milieu des cadres moyens et en bas les ouvriers. L’enseignement, du primaire au supérieur en passant par le secondaire, n’était que le reflet de ce processus, les ordres étant transmis par la hiérarchie, les écoles et universités de grandes tailles pour favoriser également les économies d’échelle.

1.2.-Actuellement une nouvelle organisation est en train de s’opérer montrant les limites de l’ancienne organisation avec l’émergence d’une dynamique nouvelle des secteurs afin de s’adapter à la nouvelle configuration mondiale. Nous assistons au passage successif de l’organisation dite tayloriste marquée par une intégration poussée, à l’organisation divisionnelle, puis matricielle qui sont des organisations intermédiaires et enfin à l’organisation récente en réseaux où la firme concentre son management stratégique sur trois segments : la recherche développement (cœur de la valeur ajoutée), le marketing et la communication et sous traite l’ensemble des autres composants. Et ce avec des organisations de plus en plus oligopolistiques, quelques firmes contrôlant la production, la finance et la commercialisation tissant des réseaux comme une toile d’araignée. Les firmes ne sont plus nationales, même celles dites petites et moyennes entreprises reliées par des réseaux de sous traitants aux grandes. Les firmes prospères sont passées de la production de masse à la production personnalisée (Pr Reich ex secrétaire d’Etat US). Ainsi, les grandes firmes n’exportent plus seulement leurs produits mais leur méthode de marketing, leur savoir faire sous formes d’usines, de points de vente et de publicité. Parallèlement à mesure de l’insertion dans la division internationale du travail, la manipulation de symboles dans les domaines juridiques et financiers s’accroît proportionnellement à cette production personnalisée. Indépendamment du classement officiel de l’emploi, la position compétitive réelle dans l’économie mondiale dépend de la fonction que l’on exerce. Au fur et à mesure que les coûts de transport baissent, les produits standards et de l’information qui les concernent, la marge de profit sur la production se rétrécit en raison de l’absence de barrières à l’entrée  En ce XXIème siècle, la production standardisée se dirige inéluctablement là où le travail, moins cher , le plus accessible et surtout bine formée. La qualification devient un facteur déterminant. L’éclatement des vieilles bureaucraties industrielles en réseaux mondiaux leur a fait perdre leur pouvoir de négociation expliquant également la crise de l’Etat providence (avec le surendettement des Etats) et de l’ancien modèle social démocrate qui se trouve confronté à la dure réalité de la gestion gouvernementale. Ce qui explique que certains pays du Tiers Monde qui tirent la locomotive de l’économie mondiale se spécialisent de plus en plus dans ces segments nouveaux, préfigurant horizon 2020/2030 de profonds bouleversements géostratégiques dont un nouveau modèle de consommation énergétique reposant sur un MIX énergétique devant éviter l’erreur stratégique de l’actuel ministère de l’énergie algérien de raisonner sur un modèle de consommation libertaire. Il s’ensuivra inévitablement une recomposition du pouvoir économique mondial avec la percée de la Chine, de l’Inde, du Brésil, de la Russie et de certains pays émergents expliquant le passage d’ailleurs du G8 au 20 dans les grandes réunions économiques internationales. L’essoufflement actuel de certains pays émergents à travers les nouvelles stratégiques mondiales tant dans le domaine de la sphère réelle que monétaire n’est que le reflet de cette recomposition.

1.3-Les emplois dans la production courante tendent à disparaître comme les agents de maîtrise et d’encadrement impliquant une mobilité des travailleurs, la généralisation de l’emploi temporaire, et donc une flexibilité permanente du marché du travail avec des recyclages de formation permanents étant appelés à l’avenir à changer plusieurs fois d’emplois dans notre vie. Ainsi, apparaissent en force d’autres emplois dont la percée des producteurs de symboles dont la valeur conceptuelle est plus élevée par rapport à la valeur ajoutée tirée des économies d’échelle classiques, remettant en cause les anciennes théories et politiques économiques héritées de l’époque de l’ère mécanique comme l’ancienne politique des industries industrialisantes calquée sur le modèle de l’ancien empire soviétique alors que le XXIème siècle est caractérisée par la dynamisme des grandes firmes mais surtout les PMI/PME consacrant un budget à la recherche développement, reliés en réseaux à ces grandes firmes. Les expériences allemandes et japonaises, chacune tenant compte de son anthropologie culturelle, est intéressante à étudier, se fondant sur un partenariat, grandes firmes /PME/PME. Avec la prédominance des services qui ont un caractère de plus en plus marchand contribuant à l’accroissement de la valeur ajoutée, la firme se transforme en réseau mondial, et il est impossible de distinguer les individus concernés par leurs activités, qui deviennent un groupe vaste, diffus, répartis dans le monde. Dans ce village mondial, existent des réseaux croisés consommateurs/producteurs. Cela a des incidences sur le futur système d’organisation à tous les niveaux, politique, économique et social.

2.- Le cas  des usines de montage de voitures : répondre à dix  questions

2.1 (L’objet  n’étant  pas de rentrer dans les polémiques devant dépasser les querelles de personnes mais de privilégier  uniquement les intérêts supérieurs de l'Algérie  en posant  objectivement la problématique   la politique industrielle dont celle de la rentabilité future des usines de montage en  Algérie. Quant écouterons t –on  les experts algériens indépendants crédibles  et non des experts organiques aux ordres,  afin d’éviter des pertes  pour le pays qui se chiffrent en dizaines de milliards de dollars loin des intérêts de la rente éphémère ? Cette présente contribution  es tune brève synthèse d’un rapport sous ma direction remis au gouvernement   le premier trimestre 2016 où il se préposait de lancer des  dizaines d’unités de montage  de voitures. J’avais mis en garde le gouvernement  d’avoir, une vison stratégique tenant compte des nouvelles mutations mondiales de cette filière, un  cahier  de charges précis , d’établir  le  taux d’intégration progressif  fonction des avantages  financiers et fiscaux accordés,  la balance devises, et que   du fait des nouvelles technologies (tours numériques) , ces unités requéraient un  niveau de qualification élevé et  étaient peu créatrices d’emplois.. J’avais alors prévu que ci ces usines, à fables capacités ( donc des coûts croissants)  reposant sur le technologies  des années 2000, nous  orientant vers de voitures intelligentes, il serait impossible  de pénétrer le marché international., Et  que si ces montages  de voitures  avaient pour but une importation cachée ,expression reprise par l’actuel ministre de l’industrie, ce que l’on gagnait d’un coté en baisse des importations,  si toutes ces unités   se réalisaient avec  le faible taux d’intégration, les sorties de devises horizon 2018/2020  se chiffreraient à plus de 5/6 milliards de dollars /an. Au 01 janvier 2016, selon l’ONS organe officiel de la statistique, le  parc national automobile (PNA) a totalisé 5.683.156 véhicules.    Les  contraintes internationales sont là et face aux mutations mondiales, la filière automobile connait des restructurations, des fusions et des délocalisations des grands groupes, avec des capacités de production élevées. Le marché  mondial de voitures en perpétuel mutation  est un marché oligopolistique où quelques firmes contrôlent les circuits internationaux. Il semble bien que certains responsables algériens oublient que la mondialisation est bien là avec des incidences politiques et économiques, voulant perpétuer un modèle de politique industrielle dépassé des années 197 qui ne peut que conduire le pays à une grande dépendance et à l’endettement à terme . La presse algérienne s’est faite l’écho récemment  de la volonté de plusieurs opérateurs algériens de vouloir  se lancer dans des projets de construction  de voitures. L’Algérie fabriquerait ainsi des voitures françaises, italiennes, iraniennes, chinoises, sud coréennes  et   allemandes  etc……. Se pose cette question, face aux mutations mondiales, quel est le seuil de rentabilité de tous ces mini -projets de voitures, l’Algérie étant appelée à évoluer au sein d ‘une économie ouverte, pour éviter des rentes perpétuelles, le protectionnisme parfois nécessaire étant transitoire ? Évitons la précipitation pour des raisons de prestige, l’Algérie étant une petite nation et soyons pragmatique loin de l’activisme qui peut conduire le pays à une impasse.  Il y a lieu de tenir compte que l’économie algérienne  est irriguée par la rente des hydrocarbures (98% des exportations totales avec les dérivées). L’évolution des cours détermine fondamentalement le pouvoir d’achat des Algériens. L’inflation qui est de retour  induit  la détérioration du pouvoir d’achat. Le revenu global  doit être corrigé devant tenir compte de la répartition du revenu et du modèle de consommation par couches sociales, un agrégat global ayant peu de significations. 

2.2-Plusieurs questions se posent auxquels toute politique économique cohérente  doit  répondre.

-Premièrement, qu’en sera-t-il avec l’épuisement inéluctable des hydrocarbures en termes de rentabilité économique et non de découvertes physiques sur le  pouvoir d’achat des Algériens? Dans ce cas par rapport au pouvoir d’achat réel, (alimentaires, habillement notamment plus les frais de loyer et téléphone)  et avec le nivellement par le bas des couches moyennes, que restera –il en termes de pouvoir d’achat réel pour acheter une voiture, le niveau d’endettement  ayant une limite ?

- Deuxièmement, faute d’unités industrielles spécialisées,  renvoyant  à l’économie de la connaissance afin de favoriser des sous-traitances   intégrées, quelle sera la balance devises des unités  projetées ? D’autant plus que la majorité des inputs    (coûtant plus cher avec le dérapage  du dinar) seront presque importés devant inclure le coût de transport, également la formation adaptée aux nouvelles technologies et les coûts salariaux.

-Troisièmement, les normes internationales, du seuil des capacités au niveau mondial  se situent entre 200.000 et 300.000/an pour les voitures individuelles, environ 100.000 unités/an  pour les camions/ autobus et évolutives avec les grandes concentrations depuis 2009. La comptabilité analytique distingue les coûts fixes des coûts variables quel est donc le seuil de rentabilité pour avoir un coût compétitif par rapport aux normes internationales et  aux nouvelles mutations de cette filière ?   La carcasse représentant moins de 20/30% du coût total c’est comme un ordinateur, le coût ce n’est pas la carcasse (vision mécanique du passé), les logiciels représentant 70/80%,  ces mini projets seront –ils   concurrentiels en termes du couple coûts/qualité dans le cadre de la logique des valeurs internationales ?

-Quatrièmement, quelle est la situation de la sous traitance  en Algérie pour réaliser un taux d’intégration acceptable qui puisse réduire les couts ? En faisant une comparaison avec les pays voisins où le taux d'intégration est plus élevé par rapport à l'Algérie, des experts ont souligné lors  forum à El Moudjahid  en ce mois de mars 2017  qu'en Tunisie,  le nombre des entreprises sous-traitantes représente 20% des entreprises industrielles (1.000 entreprises de sous-traitance parmi 5.000 entreprises industrielles), alors qu'au Maroc, le taux est de 28% (2.000 entreprises de sous-traitance sur 7.000 sociétés industrielles). Et que le  secteur industriel représente actuellement 5% seulement du PIB, alors que  les besoins exprimés en matière d'équipement industriel et de toute autre composante industrielle et de pièces de rechange sont globalement de 25 milliard de dollars. Le nombre d’entreprises sous-traitantes recensées en Algérie est globalement autour de 900 000 entreprises, mais  97% de ces entreprises étant des PME, voire de toutes petites entreprises (TPE) avec moins de 10 employés et qu’  environ 9000, soit 1%  activent pour le secteur industriel, le reste opérant  soit dans le secteur commercial, la distribution, les services, le BTPH

-Cinquièmement, dans une vision cohérente de la politique industrielle tenant compte de la forte concurrence internationale et des nouvelles mutations technologiques dans ce domaine,  ne e fallait –il pas par commencer de sélectionner deux ou trois constructeurs algériens  avec un partenariat étranger gagnant/gagnant maitrisant les circuits internationaux avec un cahier de charges précis  leur donnant des avantages fiscaux et financiers en fonctions de leur capacité. Les avantages doivent être progressifs selon le niveau d’exportation et surtout  le taux d’intégration devant définir des seuils pur un taux d’intégration de  0/10% - de 10/20%- de 20/30% et de  40/50%. Ainsi  pour un taux d’intégration variant entre 0 et 10% les avantages doivent être limitées au maximum  et devant leur fixer un deuil  de production ne dépassant pas 5000 unités/an afin

d’éviter que durant cette période certains opérateurs soient tentés dans une logique de rente, d’arriver à plus de 30.000/50.000 unités/an sans intégration, accroissant par  là, la  facture d’importation en devises des composants.  

-Sixièmement, liée  à la question précédente,  construit-on actuellement une usine de voitures pour un marché local alors que l’objectif du management stratégique de toute entreprise n’est –il pas ou régional  et  mondial afin de garantir la rentabilité financière face à la concurrence internationale, cette filière étant  internationalisée avec  des sous segments s’imbriquant au niveau mondial ? Comment dès lors ces micro-unités souvent orientés vers le marché intérieur, réaliseront le taux d’intégration prévue de 40/50% au bout d’environ cinq années , risquant de fermer  (faillite ne pouvant faire face à la concurrence internationale) après avoir perçu tous les   avantages qui constituent des subventions supportées par  le trésor public d’où l’importance d’une régulation stricte de l’Etat pour éviter des transferts de rente au profit d’une minorité rentière? 

- Septièmement, une politique industrielle sans la maitrise du soir est vouée inéluctablement à l’échec avec un gaspillage des ressources financières. Aussi  l’industrie automobile étant devenue capitalistique, (les tours à programmation numérique éliminant les emplois intermédiaires) quel est le nombre d’emplois directs et indirects créés, renvoyant  à la qualification nécessaire tenant compte des nouvelles technologies appliquées à l’automobile ?

- Huitièmement,  quelle sera le coût et  la stratégie des réseaux de distribution pour s’adapter à ces mutations technologiques?

-Neuvièmement, ces voitures fonctionneront-elles à l’essence, au diesel, au GPLC, au Bupro,   hybride ou au solaire renvoyant d’ailleurs à la politique des subventions généralisées  dans les carburants qui faussent l’allocation optimale des ressources ? Pour rappel, selon l’ONS entre 2014/2015,  pour le type de carburant utilisé, l’essence représente 65% et le gasoil 34%, l’utilisation du GPLC étant marginale. 

- Dixièmement, comment pénétrer le marché mondial à terme avec la règle des 49/51% , aucune firme étrangère de renom ne pouvant accepter cette règle rigide dans le  cadre des exportations mondiales et donc  avec le  risque que l’Algérie supporte tous les surcoûts conduisant  à l’endettement d’autant plus que l’Algérie risque de connaitre des tensions budgétaires entre 2017/2020?

En conclusion, oute cette analyse pose la problématique de la sécurité nationale. Depuis 2012 ((voir mes différentes contributions www.algerie1.com 2015/2017) , je mets en garde le gouvernement ) la fois sur l’incohérence de sa politique des subventions,   sur l’incohérence de sa politique industrielle  et contre une politique cachée d’importation à partir d’usines de montage de voitures et cela s'adresse également à d'autres segments industriels vivant d'inputs importés avec des situations de rente. Deux leçons à retenir pour l’Algérie.  Premièrement, le capital argent ne crée pas la richesse n’étant qu’un moyen. C’est le travail et l’intelligence qui sont la source permanente et durable de la richesse d’une Nation. Deuxièmement, la mondialisation est une réalité et le temps ne se rattrape jamais en économie. Il y a urgence d’une vision stratégique comme moyen d’adaptation à ce monde instable et turbulent, une Nation qui n’avance pas recule forcément. Je ne rappellerai jamais assez par ailleurs que le moteur de tout processus de développement réside en la recherche développement, que le capital argent n’est qu’un moyen et que sans l’intégration de l’économie de la connaissance, aucune politique économique et encore moins industrielle n’a d’avenir, en ce XXIème siècle, face à un monde turbulent et instable où les innovations technologiques  sont en perpétuelle évolution. L'Algérie doit investir  tant dans les institutions démocratiques  que dans  des segments où elle peut avoir  des avantages comparatifs : l'agriculture, le tourisme important gisement, les nouvelles technologies et dans des  sous segments de filières industrielles tenant compte des  profonds changements technologique. Je suggère depuis 2012 un comité de veille chargé de coordonner la politique d’investissement qui doit synchroniser les liens dialectiques entre les rôles complémentaires de l’Etat et du marché, mette fin aux distorsions actuelles pouvant entraîner des pertes pour l’Algérie, faute de visibilité et de cohérence stratégique, en dizaines de milliards de dollars.   ademmebtoul@gmail.com

NB-Toute cette analyse a fait l’objet de plusieurs rapports  pour le gouvernement  et contributions  dans  www.algerie1.com  que je tiens vivement à remercier.  Je n’ai pas été écouté 

Voir tous les articles de l'éclairage éco