Un peu de courage M. Macron ! L’Algérie attend désormais la reconnaissance de tous les Audin…

 Un peu de courage M. Macron ! L’Algérie attend désormais la reconnaissance de tous les Audin…
Par Amel Benabi | 13 Septembre 2018 | 15:50

Encore un petit effort, président Macron ! C’est la réaction majoritaire des Algériens à la suite de la décision du président Français, Emmanuel Macron, de reconnaître la responsabilité de l’Etat dans la mort de Maurice Audin, ce mathématicien communiste, militant de l’indépendance de l’Algérie, arrêté le 11 juin 1957 en pleine bataille d’Alger.

Il a donc fallu 64 ans à la France officielle pour réparer ce déni historique de la liquidation physique de ce jeune militant anti colonialiste.

Sa veuve, Josette Audin (86 ans), pourra désormais faire son deuil et partir en paix après la réhabilitation laborieuse de la mémoire de son défunt mari qui était le combat de sa vie. Cette reconnaissance-au demeurant très en retard- de l’assassinat par l’armée française de Maurice Audin, ne devrait pas rester sans suite.

Audin doit être le début d’un processus et non pas la fin. La France et à travers son président, est maintenant plus que jamais attendue, par les Algériens surtout, sur des mesures et des initiatives qu’elle prendrait pour réparer les nombreuses injustices historiques et les crimes horribles commis en son nom. L’Algérie réclame depuis des décennies que l’ancienne puissance coloniale reconnaisse ses crimes coloniaux et s’en excuse publiquement pour tourner cette page sombre de son histoire.

A priori, il n y a aucune raison qui empêcherait le président Macron d’aller de l’avant dans ce processus de reconnaissance du caractère inhumain de l’entreprise coloniale notamment en Algérie. Avec Maurice Audin, il vient d’ouvrir une page prometteuse visant à solder tous les comptes de la «guerre d’Algérie», cette sale guerre qui fait des victimes (des mines) à ce jour au niveau des frontières Est et Ouest et au sud (retombées radioactives des essais nucléaires) de notre pays.

Le président Macron a incontestablement fait preuve de courage politique de reconnaitre ce crime d’Etat que fut celui du jeune Audin. D’autant plus que certains courants nourris à la «NostAlgérie» notamment celui de l’extrême droit de Marine Le Pen voyaient d’un mauvais œil toute concession aux Algériens.

Maintenant que le chef d’Etat français a lancé son défi, il lui appartient de ne pas s’arrêter en si bon chemin et aller droit devant sur le chemin du devoir de mémoire devant dépassionner les rapports avec l’Algérie et ouvrir une ère nouvelle dans les relations avec l’Algérie caractérisées par une tension permanente.

Le président Macron peut le faire et même doit le faire ; lui qui avait décrété ici même en Algérie, il y a deux années, que la France a commis des crimes contre l’humanité entre 1954 et 1962. Il ne lui reste donc pas grand-chose à faire pour enlever ce boulet qui plombe les relations entre la France et l’Algérie. Et sans doute entrer dans l’histoire par la grande porte en étant celui qui aura réussi la réconciliation algéro-française. Alors osons lui dire un peu de courage M. Macron !

Voir toutes les actualités