Situation politique : « La décantation se précise », selon le RCD

Situation politique : « La décantation se précise », selon le RCD
Par Nabil Semyane | 16 Novembre 2019 | 13:40

Le Secrétariat national du RCD s’est réuni en session mensuelle, à Alger, le 15 novembre 2019 pour un état des lieux au plan politique, arrivant à ce constat que « Neuf mois après le 22 février la décantation se préside »

Cette décantation se lit sur la scène politique sous forme d’une bipolarisation :  « D’une part, il y a ceux qui, sans calcul, ont pris à bras le corps et répercutent les exigences du peuple algérien, en lutte pour le recouvrement de sa souveraineté entière.  D’autre part, il y a ceux qui ont choisi, pour des raisons diverses, de se mettre sous le giron d’un chef d’état-major hors temps. », écrit le RCD dans son communiqué

  « Que ces derniers ne portent aucun projet en eux mêmes ou qu’ils estiment que leur heure est venue pour corroborer l’imposture qui consiste à réduire la faillite du système politique au seul choix de “bonnes personnes” à investir dans la fonction présidentielle, importe peu. C’est désormais un slogan passé de mode. », ajoute le RCD, en référence aux cinq candidats à la présidentielle.

 A contrario, le RCD, en appuyant son constat sur la « la détermination citoyenne d’aller jusqu’au bout pour en finir avec une gouvernance qui a privé l’Algérie d’un projet de développement à notre portée » une seule alternative reste valable et pertinente : « la transition démocratique et pacifique contre la tentation de restauration du système politique par une mascarade électorale dont les résultats sont connus d’avance. »

Le RCD salue par ailleurs  « la disponibilité de partis, organisations, collectifs et personnalités qui inscrivent leur action dans une perspective unitaire et autonome. Ce sens de la responsabilité a déjà disqualifié les repositionnements opportunistes ou sectaires. », Selon le RCD pour qui il s’agit là d’une autre décantation.

Le parti de Mohcine  Belabbas apportes on appui aux  action socio catégorielles, qui accompagnent le Mouvement popualire à faire aboutir ses revendications .Il s’agit en l’espèce de l’initiative des journalistes du secteur privé et public un communiqué pour    « dénoncer l’arbitraire, les entraves au droit à l’information et la censure font honneur à une profession qui a payé un lourd tribut dans les années 90. »

 Le RCD relève également le caractère pacifique et unitaire  du Mouvement populaire, tout en fustigent ce qui est qualifié dans le texte de « contre révolution », imputé au chef de l’Etat-major qui « ne  désarme pas »  

 « Menées subversives contre l’unité de la nation, encerclement de la capitale, arrestations et détentions arbitraires, chantages en tous genres, puisés des fichiers de la police politique du régime comme ce fut le cas des magistrats grévistes, perturbation de l’accès aux réseaux sociaux, intervention auprès de gouvernements étrangers pour entraver les médias qui couvrent les activités du Hirak sont parmi les armes des laboratoires d’un pouvoir de fait pris de panique et  agonisant. » souligne le RCD en décrivant cette contre révolution » 

Et d'en arriver à la conclusion pour la consacrer au rendez-vous du 12 décembre pour affirmer "qu'il est  déjà disqualifié." et que " LRCD est plus que jamais convaincu de la nécessité d’œuvrer à consolider et élargir la construction de l’alternative démocratique portée par le mouvement populaire. "   

Voir toutes les actualités