Session spéciale du bac : retardataires et absents, qui est qui ?

Session spéciale du bac : retardataires et absents, qui est qui ?
Par Nabil Semyane | 01 Juillet 2017 | 14:24

Décidemment, la session spéciale du Bac tourne au feuilleton de mauvais goût qui met à nu les graves lacunes du secteur. Théoriquement, l’examen est dédié uniquement aux candidats renvoyés pour cause de retard. Il se trouve, selon Meziane Mériane, qu’il est impossible de savoir qui est réellement renvoyé   pour cause de retard et qui absent volontaire.

« Les chefs des centres d’examens n’ont pas pris la peine de dresser des PV pour chaque candidat renvoyé pour cause de retard, si bien qu’aujourd’hui on ne sait pas qui est absent volontaire et qui est renvoyé », souligne à juste titre Meziane Meraine, le président du SNAPEST.

Il y a aussi l’autre cas, celui des candidats qui ont abandonné par forfait les épreuves au bout du premier ou du deuxième jour. Auront-ils le droit à cette session spéciale ? C’est la question que se pose le chef syndical qui croit savoir que le nombre d’exclus pour cause de retard ne dépasserait pas, au plus haut mot, les 20.000. Le reste, c’est-à-dire plus de 80.0000 seraient des absents volontaires dont la majorité  des candidats non scolarisés.

« Leur donner la possibilité de repasser le bac est une remise en cause du principe d’égalité des chances entre tous les candidats », conteste Mériane qui plaide par défaut, pour une session spéciale pour tout le monde, c’est-à-dire, les exclus pour cause de retard, les absents volontaires et les recalés de la session de juin.   

Vent debout contre cette session spéciale, il la considère comme « une sanction contre les bons élèves » en plus du fait qu’elle discrédite un peu plus l’examen du bac et qu’ « elle porte atteinte à l’autorité de l’Etat »

Ce qui arrive, déplore-t-il, est la conséquence des « interférences de la poliique dans la pédagogie », un fait contre lequel il met en garde.  

Voir toutes les actualités