Sahel : l'Algérie et le Niger décidés à combattre ensemble le terrorisme

Sahel : l'Algérie et le Niger décidés à combattre ensemble le terrorisme
La Rédaction | 18 Décembre 2011 | 15:05

L'Algérie et le Niger se sont engagés à une «approche commune, concertée et pragmatique» pour combattre ensemble le terrorisme afin de faire de leur espace frontalier «un havre de paix», a indiqué aujourd’hui à Alger le ministre nigérien de l'Intérieur Abdou Labo.

Les deux pays «se sont engagés à faire de leur espace frontalier un havre de paix, de stabilité et de développement socio-économique harmonieux», a déclaré le ministre nigérien à l'ouverture d'une réunion du Comité bilatéral frontalier.

Selon M. Labo "l'espace sous-régional algéro-nigérien fait face à de nouvelles formes de menaces notamment le terrorisme, la criminalité transfrontalière et le trafic d'armes et de drogue qui affectent sérieusement la paix et la quiétude sociale et hypothèquent dangereusement le développement socio-économique".

Le ministre nigérien, cité par l'agence de presse APS, a estimé que cette situation imposait "la conjugaison des moyens dans une approche commune, concertée et pragmatique". Parmi les recommandations retenues lors de la réunion du comité frontalier figurent notamment "l'identification et la neutralisation des réseaux de soutien aux groupes terroristes", actifs dans le Sahel.

S'exprimant en marge de la 4ème session du Comité bilatéral frontalier algéro-nigérien, M. Labo a souligné qu'en raison des évènement survenus dans un pays voisin, "l'aspect sécuritaire demande à être renforcé" entre l'Algérie et le Niger et "principalement au niveau des frontières".

Le ministre nigérien a précisé, dans ce contexte, qu'il est prévu la mise en place de "patrouilles mixtes" le long des frontières et le renforcement des échanges de renseignements entre les secteurs de la défense et de la sécurité.

M. Labo a ajouté qu'il est attendu de la présente session du Comité bilatéral frontalier, le renforcement de la coopération transfrontalière, avant de souligner que la relation entre les deux pays est "au beau fixe" et que les deux pays qui partagent près de 900 Km de frontières terrestres "accordent une attention toute particulière à tous ce qui se passe à ces frontières".

La région fait face à des problèmes d'insécurité liés notamment aux activités de la branche maghrébine d'Al-Qaïda (Aqmi), et à l'afflux d'armes issues du conflit libyen. De ses bases dans le nord du Mali, Aqmi organise des enlèvements et ainsi que divers trafics.

Mots-clés :
Catégories : Actualité

Voir toutes les actualités