Montage automobile et financement occulte de la campagne électorale : les peines prononcées en première instance contre Ouyahia et Sellal confirmées

 Montage automobile et financement occulte de la campagne électorale : les peines prononcées en première instance  contre Ouyahia et Sellal confirmées
Par Hakim Megati | 25 Mars 2020 | 16:45

Les «plaidoiries» des deux ex Premier ministre Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal n’ont finalement pas trouvé grâce aux yeux du juge de la Cour d’Alger qui a confirmé aujourd’hui mercredi le verdict rendu en première instance par le tribunal de Sidi Mohamed, à savoir des peines respectives de 15 et 12 ans de prison ferme.

Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal étaient jugés dans le cadre de l’affaire du montage automobile et du financement occulte de la campagne électorale du 5e mandat avorté d’Abdelaziz Bouteflika.

En revanche, les hommes d’affaires ayant été arrosés dans ces affaires juteuses, à l’instar du patron du groupe ETRHB Ali Haddad et d’Ahmed Mazouz  patron du groupe éponyme, s’en sortent plutôt bien puisque leurs peines de prison ferme ont été ramenées de sept à quatre ans de prison.

Les deux ex-ministres de l’industrie, Youcef Yousfi et Mahdjoub Bedda, ont eu plus chance puisque leur peine de 10 ans de prison ferme en première instance, a été ramenée  à seulement 5 ans.

La Cour d’Alger a confirmé par ailleurs le verdict rendu en première instance à l’encontre de Mohamed Bairi qui a été condamné à 3 ans de prison ferme.

Quant à l’ex ministre des Transports et des Travaux publics Abdelhani Zaalane, qui était directeur de campagne du candidat Bouteflika et qui avait déposé les fameuses cinq millions de signatures au Conseil constitutionnel, il a été  tout simplement acquitté.

Voir toutes les actualités