Liga : le Barça meurt de sa belle mort, le REAL joue ‘’son’’ titre, jeudi

 Liga : le Barça meurt de sa belle mort, le REAL joue ‘’son’’ titre, jeudi
Par Nourredine B | 01 Juillet 2020 | 10:50

Coup sur coup, le FC Barcelone, semble abdiquer à une couronne qui lui tendait portant les bras.

De solide leader, avec deux points d’avance sur son grand rival madrilène, à la reprise post confinement, le club catalan a consommé son crédit face à Vigo (2-2)  pour céder son fauteuil et depuis, mardi, a offert la voie royale au Real Madrid pour une consécration inespérée.

Echec et mat ? Aux prises au Camp Nou avec les redoutables Colchoneros de Simeone, les Blaugrana ont été contrais au partage des points (2-2-) dans un match épique marqués par trois penalties et des saillies de taille.

Loin de son rayonnement habituel, Messi a marqué le 700e but de sa carrière, confortant son image d’extra terrestre et Antoine Griezmann, l’homme qui valait 120 millions euros, est rentré à la …90’.

Au-delà du faux pas et de l’aspect éminemment technique, le Barça fait face, en réalité, à des secousses qui ébranlent les murs de sa fondation.

Le choix porté sur  un coach effacé et sans carte de visite probante, aura fini par achever l’image lisse et rassurante d’un club qui a dominé la Liga sur une décennie.

Côté administration, et à moins d’une année de son renouvellement statutaire, Joseph Bartomeu s’adonne à une fuite en avant spectaculaire, mû par son obsession à solder ses comptes avant son départ de la présidence.

Le relayeur de renommée mondial, et surtout à l’ADN- Barça pur jus, Arthur Melo, vient d’être sacrifié, à 22 ans, sur l’autel des escomptes les plus tordues.

Pire, les Culés vivent désormais dans la hantise de perdre, à tout moment, leur icône argentine, Lionel Messi, qui, s’il a certes prolongé son contrat de deux ans  sans revalorisation de salaire, n’en a pas moins glissé une clause fatale. De fait, la Pulga peut quitter le club à tout moment !

Au vu du degré de déliquescence jamais atteint par la formation blaugrana, un tel fait pourrait être acté plutôt que l’on n’y pense.En tout état de cause, c’est assurément le grand rival de la Capitale qui s’en frotte déjà les mains.

De fait, l’équipe de Zidane, qui court après la Liga depuis quatre ans est replacé sur orbite. Avec déjà un meilleur goal average au départ et deux points d’avance, RMA se voit offrir une occasion en or de creuser davantage l’écart, à cinq rounds du terme, en recevant, jeudi, son voisin madrilène de Getafe.

Un derby corsé certes mais la motivation  sera terrible du côté des Merengues. Zinedine Zidane qui a mis le titre en ligne de mire semble bien parti pour en tenir la gageure. Sauf à se faire hara kiri !

Voir toutes les actualités