Les dernières paroles d’Ouyahia, Sellal et Zaâlane au juge : « Nous sommes innocents »

 Les dernières paroles d’Ouyahia,  Sellal et Zaâlane  au juge : « Nous sommes innocents »
Par Abbès Zineb | 09 Décembre 2019 | 15:31

A l’issue des plaidoiries lundi au tribunal de Sidi Mhamed, le juge, comme le veut la procédure a demandé aux accusés de prendre la parole pour dire leur dernier mot.

Ouyahia a parlé le premier « Je suis innocent de toutes les accusations portées contre moi », s’est-il content » de dire avant de se rasseoir.

C’est Abdelmalek Sellal qui s’est montré à la fois plus prolixe et émotif dans sa déclaration en clamant son innocence soulignant : « je n’ai pas trahi, je n’ai pas commis de délit de népotisme, je n’ai favorisé personne ».

Puis de poursuivre sa déclaration en ajoutant : « je suis confus, j’étais sincères dans ma démarche toute ma vie, aujourd’hui je me sens trahi ».

En parlant des personnes à qui il a accordé des facilitations , « il sont venus me voir j’étais dans la gêne » , dit-il au juge en ajoutant « j’ai 71 ans , je dois retourner vers mon créateur innocent, je ne suis pas un bandit, je suis fier de notre Armée surtout après l’affaire de Tiguentourine ».

Abdelgahni Zaâlane a juré aussi son innocence devant le juge lui assurant que « l’accusation de financement clandestin de la campagne électorale est infondé.

« J’ai passé à peine une semaine à la tête de la direction de campagne électorale, je n’ai pas pris un seul sou, monsieur e juge, je vous demande de faire preuve d’équité à mon égard, vous me paraissez être un homme honnête ».

 

Voir toutes les actualités