Le parcours du colonel de l'ALN Yazourene et son rôle dans l'opération "Oiseau Bleu" revisités

Par Abbès Zineb | 05 Janvier 2013 | 21:19

Le parcours de l'officier de l'Armée de libération nationale (ALN), Mohand Ameziane Yazourene, dans la wilaya III historique, et son rôle "prépondérant" dans le retournement de l'opération dite l'"Oiseau bleu" en 1955 au profit de l'ALN, ont été au centre d'une rencontre organisée samedi au Forum d'El Moudjahid.

Cette rencontre organisée par l'Association "Machaâl Echahid", à l'occasion du 25ème anniversaire de la disparition du Colonel Yazourene, dit "Vrirouche", décédé le 5 janvier 1988, a permis à son compagnon d'enfance et de combat, M. Mohamed Salah Saddik, de revenir sur quelques-unes de ses "positions", notamment son attitude à la veille du déclenchement de la guerre de libération nationale.

"Dans la nuit du dimanche 31 octobre 1954, il était chez nous. Il a longuement parlé avec mon père. J'ai discuté ensuite avec lui pendant une heure. Après cela il a dit qu'il devrait partir. Le lendemain il s'est présenté pour s'excuser de ne pas nous avoir informé la veille qu'il allait déclencher la guerre à Azazga (Tizi-Ouzou)", a raconté M. Saddik.

Selon lui, le colonel Yazourene, dit "Si Saïd" et "Vrirouche", est connu, dès son enfance, pour "son intelligence et sa ruse". Il a expliqué que ces qualités, ajoutées à son courage et à une "haine viscérale" du colonialisme, l'avaient propulsé par la suite dans des postes de responsabilité dans la wilaya III.

Cette rencontre, rentrant dans le cadre de la célébration du cinquantenaire de l'indépendance, a été également une occasion d'évoquer le rôle de Yazourene dans l'épisode dit "oiseau bleu".

L'Oiseau Bleu (ou Forces K) est le nom d'une opération secrète de l'armée française lancée en 1955 dans le but de créer un contre-maquis destiné à frapper l'ALN de l'intérieur, dans les régions nord de la zone III (futur wilaya III-Kabylie), comprenant notamment les Ath djenad, Iflissen maritimes, Ath Ouaguenoun et Ath Zmenzer.

Les responsables de la zone, mis au parfum, ont détourné ce complot au profit de l'ALN en dotant les "Forces K" d'éléments les plus sûrs d'entre les djounoud qui se chargeaient d'exécuter les "traîtres" à la Révolution comme preuves de leurs actions envers l'armée française.

Un document du musée régional du moudjahid de Tizi Ouzou distribué lors de cette rencontre, note que Yazourene a joué un rôle "prépondérant" dans le retournement de l'opération "oiseau bleu" avec plusieurs compagnons d'armes et sous la responsabilité du colonel Krim Belkacem, chef de la zone III de l'ALN durant cette période.

Ce rôle consistait dans le recrutement des hommes devant composer les groupes en question, une étape cruciale d'où dépendait la réussite de l'opération. Durant toute l'opération (11 mois), les 1500 éléments des "Forces K" recevaient d'importantes quantités d'armes et touchaient un salaire mensuel de 30 000 francs pour chaque élément, a précisé le responsable de l'Organisation nationale des Moudjahidine à Tizi Ouzou, Ouali Aït Ahmed.

Sur les 30 000 francs reçus pour chaque élément, 26000 allaient dans les caisses de l'ALN et 4000 versés à la famille du concerné, a-t-il affirmé, soulignant que les importantes sommes d'argent ramassées, à travers l'opération "oiseau bleu", avait servi aussi à aider les autres wilayas notamment les wilayas I et V.

A la fin de la rencontre, Machaâl Echahid a honoré la famille Yazourene. (APS)

Mots-clés :
Catégories :

Voir toutes les actualités