Financement non conventionnel, inflation, dette extérieure : les chiffres de Mohamed Loukal

 Financement non conventionnel, inflation, dette extérieure : les chiffres de Mohamed Loukal
Par Moumène Belakram | 08 Novembre 2019 | 15:25

Evoquant le financement non conventionnel, Mohamed Loukal a réaffirmé que ce financement gelé depuis mai dernier jusqu'à la fin de l'année 2020, demeure en vigueur et il est possible d'y recourir le cas échéant".

 Sur un total de 6.556,2 milliards de DA alloués à la fin de janvier 2019 dans le cadre de ce financement, un montant global de 5.945,5 milliards de DA a été injecté dans l'économie jusqu'à la fin de septembre.

 Le ministre a indiqué que ce financement non conventionnel constitue une dette à long terme pour le Trésor public qui la remboursera sur 30 ans avec un taux d'intérêt ne dépassant pas 0,5 %, estimant que "le fardeau de ce financement sur le Trésor public n'est pas aussi important".

Pour ce qui est du recours aux financements extérieurs en faveur des projets économiques structurés et rentables, M. Loukal a affirmé que ce financement ne peut être effectué sans le consentement du gouvernement et sera limité au financement des projets stratégiques et non à la subvention de la consommation.

 Le niveau de la dette extérieure de l'Algérie demeure parmi les plus faibles niveaux dans le monde, dont le taux n' excède pas les 0,78 % du produit intérieur brut (PIB), alors que le taux de la dette publique interne s'élève à 40 % du PIB.

 Quant aux montants consacrés à la réévaluation des projets auxquels 279 milliards de DA sont alloués pour 2020, le ministre a précisé que ce montant est en recul par rapport aux prochaines années et ne représente que 2 % du volume du programme en cours contre 25 % avant 2010.

 Pour ce qui est du niveau de l'inflation, en hausse selon l'avis de plusieurs députés, le ministre a indiqué que le taux d'inflation a connu une nette baisse, passant à 2,01 % fin septembre dernier contre 4,45 % fin septembre 2018.

 Cette baisse est due  aux multiples mesures visant à contenir cette inflation, a ajouté le ministre, citant l'intensification de réalisation des marchés de gros et de détail, le parachèvement de l'endiguement du commerce illégal et la lutte contre les pratiques frauduleuses,outre les mesures de la politique monétaire de la Banque d'Algérie pour absorber l'excès de liquidité et stabiliser le taux de change.

 Concernant la dévaluation de la monnaie nationale face à l'euro et au dollar, le ministre a mis en avant que le Dinar algérien "n'est pas en dégringolade mais au contraire sa valeur est bonne par rapport aux fondamentaux de l'économie nationale".

 Evoquant l'autorisation d'importation des véhicules d'occasion de moins de 3 ans, selon le projet de loi, le ministre des Finances a affirmé que leurs prix seront raisonnables vu qu'ils sont exempts de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) dans le pays d'origine et feront l'objet de dédouanement en Algérie, d'autant que les taxes douanières et la TVA appliquées seront calculées sur la base du taux de change officiel.

Voir toutes les actualités