Coup de théâtre à l'USM Alger : l'entraîneur Ciccolini limogé pour "faute grave"

 Coup de théâtre à l'USM Alger : l'entraîneur Ciccolini limogé pour "faute grave"
Par Nourredine B | 22 Novembre 2020 | 17:00

Véritable coup de théâtre au sein de l’USM Alger, au lendemain de la finale de la Supercoupe d’Algérie.

En effet, le président du Conseil d’administration de la SSPA/USM Alger, Achour Djelloul, vient d’annoncer,  dimanche, le limogeage de l’entraîneur français François Ciccolini pour « faute grave » et ce  après avoir boycotté la cérémonie protocolaire de remise des médailles, lors de la Supercoupe d’Algérie, disputée, hier samedi, et perdue face au CR Belouizdad (1-2), au stade du 5-Juillet.

«Ciccolini a fauté, il doit payer. Nous avons pris la décision de le limoger, elle lui sera notifiée aujourd’hui. Il était déçu par la défaite, mais ce n’est nullement une raison pour ne pas respecter la cérémonie protocolaire. Il a été prié de monter à la tribune pour recevoir sa médaille, mais il a campé sur sa position. Nous sommes frustrés et indignés par son comportement», a expliqué Achour Djelloul, dans une déclaration à l’Aps.

«Ces comportements sont étrangers à l’USMA. Nous ne sommes pas prêts de laisser faire, sans prendre les mesures qu’il faut. Même Antar Yahia (directeur sportif, ndlr) a été surpris par l’attitude de Ciccolini, ce dernier n'a donné aucun signe de vie depuis hier (samedi) soir. Nous allons charger l’entraîneur-adjoint d’assurer l’intérim, jusqu’à la désignation d’un nouvel entraîneur», a-t-il ajouté.

Une aventure quasi dramatique pour Ciccolini, arrivé à l’intersaison et qui aura été  le premier technicien limogé, avant même le début du championnat.

Une question pourtant subsiste au regard de l’attitude inexplicable d’un entraîneur étranger rompu pourtant aux règles du professionnalisme. A moins que pour le français, l’incident lié au protocole ne fut qu’un prétexte, masquant d’autres raisons.  

Voir toutes les actualités