Campagne électorale : des candidats tâtent le terrain dans certains endroits de la Capitale

Campagne électorale : des candidats tâtent le terrain dans certains endroits de la Capitale
Par Khidr Ali | 08 Novembre 2019 | 14:36

La campagne électorale pour les élections présidentielles du 12 décembre 2019, s’ouvre, officiellement, le dimanche 17 novembre courant. Soit dans 10 jours.

Elle s’annonce sous des auspices très incertains au vu de la pression du mouvement populaire qui n’a de cesse de réitérer son rejet catégorique de cette échéance, via les marches estudiantines du mardi, celles du hirak les vendredis ou plus globalement, à travers les réseaux sociaux.

En parallèle, les tenants du pouvoir affichent une certaine sérénité, avérée ou de façade, soit- elle et n’entendent pas démordre quant à atteindre l’objectif d’organiser la Présidentielle. Leur porte-voix attitré, le Général de corps d’Armée et Vice-ministre de la défense, Ahmed Gaïd Salah, multiplie les messages à profusion, dans ce sens.

Cela, d’autant que la maitrise, couronnée de succès, par exemple, du mouvement de fronde observé par le corps des magistrats, traduit par une grève inédite de près de 10 jours, n’aura pas manqué de booster leur démarche.

Mais il reste que, techniquement, la campagne électorale constitue une problématique réelle. L’éconduction de l’un des cinq candidats, officiellement reconnus par l’ANIE, jusque- là, par des citoyens la semaine passée sur un espace public, est venu prévenir des difficultés annoncées pour les Tebboune, Benflis, Belaïd et autres Mihoubi et Bengrina, de mener campagne suivant les standards qui prévalaient dans le passé, notamment les rencontres de proximité.

Des spectres qui menacent de confiner un tel événement d’importance au vase clos ; c’est-à-dire par voies médiatiques ou en meetings fermés, sous bonne garde.

Cela n’empêche pourtant pas certains candidats d’amorcer quelques velléités, tendant à tâter le terrain et prendre le pouls de la rue avant l’heure.

L’on apprend ainsi qu’un candidat ‘’bien placé sur les starting- blocks’’ a dépêché, en catimini dans certaines communes d’Alger, ses émissaires auprès de citoyens détenteurs d’espaces privés aux fins de garantir le bon déploiement de ses affiches et prospectus de campagne.

En tout état de cause, il reste évident que l’hostilité ambiante prévaut toujours. Que ce soit sous la forme d’animosité pure et dure ou d’inénarrables railleries populaires.   

Voir toutes les actualités