Djamel Belmadi : "Il nous faut beaucoup de travail mais je suis bien armé pour redresser la barre"

Djamel Belmadi : "Il nous faut beaucoup de travail mais je suis bien armé pour redresser la barre"
Par Djamil Mesrer | 03 Aout 2018 | 11:38

Le nouveau sélectionneur national de football Djamel Belmadi a reconnu qu'il avait besoin de "beaucoup de travail" pour espérer "redresser la barre", soulignant qu'il était prêt à relever le "défi".

"Ce que je sais, c’est que la mission d’entrainer la sélection algérienne n’est pas facile. Il nous faut beaucoup de travail pour redresser la barre.Je suis animé d’une envie de relever ce défi. Et puis rien n’est insurmontable, il suffit d’y croire et d’y travailler avec l’aide et la contribution de tout le monde", a déclaré Belmadi dans un entretien publié, jeudi soir, sur le site officiel de la Fédération algérienne de football (FAF).

Le nouveau coach national s'est dit "fier" de retrouver l'Algérie en tant que technicien.

"En toute honnêteté, je suis animé de la même fierté et joie que quand j’ai porté pour la première fois le maillot de la sélection. La seule différence à présent se situe au niveau de la responsabilité qui est devenue plus grande et plus importante que quand j’étais joueur. Cette nouvelle responsabilité m’honore et me motive", a-t-il ajouté.

Belmadi  estime qu'il est assez "armé" pour mener à bien sa mission et assumer sa responsabilité."Si je ne le suis pas ou que je sentais qu’il y avait le moindre doute, je n’aurai jamais accepté de m’assoir à la table des négociations. Je pense que je suis bien armé pour accomplir cette mission. J’ai l’expérience qu’il faut, je suis quand même dans le coaching depuis 10 ans. Cela va forcément m’aider dans mes nouvelles fonctions, a-t-il assuré, expliquant que ses idées et celles du président de la FAF Kheireddine Zetchi "convergeaient et qu’une collaboration était possible".

Par ailleurs, l'ancien capitaine des Verts est revenu sur l'absence de l'Algérie du dernier Mondial 2018 en Russie, refusant d'anticiper sur la prochaine Coupe du monde 2022, qui constitue l'objectif majeur de la FAF etdes pouvoirs publics."Nous étions absents au dernier Mondial en Russie et je suppose que cela a fait beaucoup de mal aux Algériens. Mais avant d’arriver à cette date de 2022, nous aurons entre temps deux Coupes d’Afrique des nations (2019 et 2021) à disputer et plus proche de nous des éliminatoires à négocier dès le mois de septembre. Donc on va aller étape par étape. Les choses se construirons au fur et à mesure".

 Belmadi, attendu le 16 août à Alger pour signer son contrat, a révélé qu'il va établi "à la mi-août une liste élargie qu’on va dégraisser par la suite au fur et à mesure en fonction des donnés qu’on aura entre les mains", en vue de la prochaine sortie officielle de l'E.N le 7, 8, ou 9 septembre prochain en déplacement face à la Gambie, dans le cadre de la 2ejournée (Gr.D) des qualifications de la CAN-2019, un rendez-vous quimarquera les grands débuts sur le banc de Belmadi.

Concernant la composante du nouveau staff technique, Belmadi a affirmé qu'à l’exception du retour de l’entraineur des gardiens de but Aziz Bouras,les autres membres n'ont pas encore été désignés.

"Mis à part Aziz Bouras qui sera l’entraineur des gardiens de but. Je ferai appel à un entraineur adjoint et à un préparateur physique. J’aurai aimé disposer de mon staff que j’avais au Qatar, mais les membres de ce dernier ont préféré rester en place. Je ferai donc autrement, mais avec des hommes que j’aurai à choisir et qui s’inscriront dans la démarche de travail que nous adopterons pour le bien et le meilleur de l’équipe nationale » a-t-il conclu.

Catégories : A la une Actualité Sport

Voir tous les articles de la catégorie 'Sport'