Algérie 1

Icon Collap
...

Sommet de la Ligue arabe : la voix de l'Algérie​ inaudible

31-03-2017 18:01  Amel Benabi

Une fois de plus, ladiplomatie algérienne a dû constater, à son grand dam,le fossé qui sépare sespréoccupations de celles des autres pays arabes. Le Sommet de la Ligue éponymequi vient de s'achever à la Mer morte a confirmé ce que tout le monde pense: cetteligue n'est plus un cadre de règlement des conflits encore moins un instrument depression.

M Messahel qui promettait pourtant  de faire accepter la réforme d'une Liguesénile, a dû perdre ses illusions. En avait-il d'ailleurs ! L'image indignedes  dirigeants arabes endormis, qui a fait des choux gras sur les réseauxsociaux,  en dit long sur le  caractère soporifique des débats.

La bonnevolonté et les grands principes qui animent la diplomatie algérienne ne peuvent rien face à un tel  spectacle pathétique. Notre pays est perçu non pas comme un"frère" ou à tout le moins un allié, mais comme un adversaire quiempêche de tourner … en ronrons.

Les monarchies du Golfe sont des alliéesobjectifs des grandes puissances et d'Israël. Elles partagent leurs plans  et leurs " solutions". En revanche,l'Algérie tente vainement  de défendreles solutions politiques et s'élève contre les interventions étrangères.

Qu'ils'agisse de la Syrie, du Yémen et de l'Irak, ses positions sont en contradictionavec celles des pétromonarchies et leurs alliés occidentaux.  Mêmel'Egypte d'Al-Sissi en manque de légitimité et d'argent, à fini par rallier ladiplomatie du chéquier.

À la Mer morte, nul n'a entendu les mises en garde deMessahel sur le conflit armé en Libye qui risque d'embraser la région. Normal,c'est loin de Jeddah et Doha. Résultats des comptes : l'Algérie n'a rien àgagner ni à espérer d’une  Ligue  des ronfleurs.

Ses sommets se suivent et seressemblent. Même la photo de la  familledésunie n'est pas jolie à voir avec ces octogénaires dans les bras de Morphéeau moment où se déroulent les « travaux » en plénière.



Voir tous les articles de la catégorie "A la une"