Vivre ensemble : soutien massif de la société civile mondiale à l'initiative de Cheikh Bentounès

Vivre ensemble : soutien massif de la société civile mondiale à l'initiative de Cheikh Bentounès
Par Djamil Mesrer | 09 Novembre 2017 | 10:16

Depuis le 19 janvier 2014, le « Statut Consultatif Spécial » a été attribué à l'association internationale soufie Alawiyya, AISA ONG INTERNATIONALE (http://aisa-ong.org), issue elle même de la Tariqa éponyme,  par un Comité de plusieurs États Membres de l’ONU. L’organisation est devenue, depuis lors, un partenaire officiellement accrédité auprès de l’ONU ; ce qui lui donne le droit de participer activement en tant qu’observateur, aux réunions du Conseil Économique et Social de l’ONU (ECOSOC) et de prendre part aux différentes réunions stratégiques impliquant les Nations Unies et la Société Civile.

Ainsi, en tant qu’Organisation Non Gouvernementale internationale (ONG), elle est considérée comme possédant une expertise qui intéresse l’ONU sur le rôle des organisations spirituelles et religieuses dans la gouvernance mondiale, la paix, les questions de genre, le développement social, l’éthique, l’environnement, les 17 Objectifs de Développement Durable (ODD) et particulièrement la question centrale du Vivre-Ensemble.

La dimension spirituelle, comprise dans son sens universel est ainsi reconnue comme un facteur important pour l’épanouissement d’une culture de paix dans le monde.

Investi de sa mission de vie, Cheikh Khaled Bentounès parcourt le monde, concentré et solidement armé d’un trièdre : Une ONG (AISA), un projet central (La Paix comme outil de partage et de communion des êtres qui peuplent la planète bleue) et enfin une cible (le Vivre-Ensemble).

Depuis son dernier passage remarqué, en septembre 2017, à New York, lors de la 72 ème session de l’Assemblée Générale de l’ONU, l’homme muni de sa forte détermination et de ses équipes de terrain aura convaincu des centaines d’acteurs importants, dont les ONG influentes accréditées auprès des Nations Unies.

Les soutiens affluent de la Caraïbe, de l’Europe, de l’Asie, de l’Océanie, des Amériques, de l’Afrique et en particulier de l’Algérie qui va déposer le projet de résolution. Parmi ces ONG internationales, le Cheikh Bentounès peut compter sur le soutien officiel et indéfectible de l’ONG de la Caraïbe française Planète Action 21, l’ONG italienne New Humanity, l’ONG japonaise Arigatou International ou encore l’ONG algérienne NADA, de défense des droits de l'enfant.

La liste ne cesse de croître et le Cabinet du Secrétariat Général de l’ONU accuse réception de l’afflux de ces soutiens pour que soit adoptée, dans les délais les meilleurs, par consensus, la Résolution rédigée en partenariat avec les avocats de l'ONG AISA et les experts de la mission algérienne à l’ONU.

Pour cela, face à la complexité des enjeux et à la portée mondiale de son projet auprès de l'Assemblée Générale des Nations-Unies, par une résolution à présenter à ses Etats-membres, Cheikh Bentounès, avec le Conseil d'administration de l'organisation, a, depuis 2016, choisi de se faire accompagner dans son initiative, en confiant le pilotage aux compétences aguerries d'un cabinet international d'avocats franco-canadien Benkhalifa Cabinet (MBC) INC. renommé en la matière, dont le siège se trouve à Montréal (http://mbcinc-law.com).

Ce cabinet, membre du Pacte Mondial des Nations-Unies (UN Global Compact), est reconnu pour son expertise dans le Droit International, les modes alternatifs de gestion des conflits (PRD), le Développement Durable - Responsabilité Sociétale (RSE) et les stratégies de mobilisation, de négociations et d'accompagnement, en réseaux, des organisations dans les procédures auprès de l'Organisation des Nations-Unies (ONU).

Un leadership incontesté

Mandaté à cet effet, avec ses équipes dédiées, Me Mohamed Benkhalifa, Président du groupe MBC INC., médiateur, coach certifié, avocat au Barreau de Paris et au Barreau du Québec représente, en personne, les intérêts de l'organisation auprès des Nations Unies, des Ambassades des États-membres de l'ONU à New York et des organisations internationales.

Fort de ces appuis, Cheikh Bentounès, l'homme de foi, l'humaniste qu'il est, celui qui appelle sans relâche  depuis des décennies à la Paix avec soi et avec les autres, se retrouve le leader mondial incontesté et soutenu comme le porteur d’un projet concret auprès de l’ONU.

Selon des sources diplomatiques onusiennes qui ont contacté le Secrétariat Général de l’ONU, le moment historique se précise autour de deux dates qui s’articulent autour des séances consacrées au point 15 de l'ordre du jour de l’Assemblée Générale de l’ONU, qui porte sur la Culture de la Paix.

Le 17 ou le 21 novembre 2017, selon l'agenda Onusien, il est prévu d’inscrire le projet déposé par l’Algérie et porté par l’ONG AISA dont  le président d’honneur, Cheikh Bentounès, serait invité à prendre la parole devant l’Assemblée Générale de l’ONU, avant le vote pour l’adoption, de ce qui gravera, à jamais, sur le marbre de l’histoire humaine, une contribution des plus fertiles pour les générations présentes et à venir qui pourront célébrer chaque année une Journée  : La Journée Internationale du Vivre Ensemble (JIVE).

Voir tous les articles de la catégorie 'Société'