Syrie : HRW accuse les rebelles de détruire et de piller des lieux de culte

Syrie : HRW accuse les rebelles de détruire et de piller des lieux de culte
Par Abbès Zineb | 23 Janvier 2013 | 17:00

Les groupes armés en Syrie, notamment ceux qui s'adonnent au terrorisme, ont été épinglés mercredi par l'organisation de défense des droits de l'Homme, Human Rights Watch (HRW) qui les accuse d'avoir délibérément pillé et détruit des lieux de culte dans des villages  du nord-ouest du pays où la coexistence entre les communautés religieuses est millénaire.

Selon Sarah Leah Whitson, directrice de HRW pour le Moyen-Orient, "la destruction de sites religieux accentue les craintes concernant les minorités religieuses et aggrave la tragédie que vit le pays, avec des dizaines de milliers de personnes tuées".

"La Syrie perdra sa diversité culturelle et religieuse si les groupes armés ne respectent pas les lieux de culte. Les dirigeants des deux parties doivent faire passer le message que ceux qui attaquent ces sites devront rendre des comptes", a-t-elle affirmé, non sans préciser que "cela n'exempte pas l'opposition de se plier à l'obligation de ne pas endommager le lieu de culte une fois qu'il n'a plus été un objectif militaire".

Pour Human Rights Watch, les rebelles "ont la responsabilité de protéger les sites religieux dans les zones sous leur contrôle de  dégât intentionnel".

L'intervention de cette ONG américaine vient suite à la diffusion d'une vidéo sur des réseaux sociaux, qui montre des groupes armés célébrant leur "victoire" dans la ville de Zarzour. En arrière plan, un lieu de culte brûlait, après qu'il ait été incendié par les mêmes rebelles.

Et pas seulement à Zarzour, puisque HRW a accusé les groupes armés qui combattent contre l'Etat syrien, particulièrement les terroristes djihadistes, d'avoir délibérément pillé deux églises dans deux villages, en l'occurrence Ghasaniyeh et Jdeïdeh. Comble de la bassesse et de l'hypocrisie, la motivation pour ces actes pourrait être le vol plutôt qu'une attaque confessionnelle, estime l'ONG.

La Syrie possède un important patrimoine archéologique et historique et sa capitale, Damas, est une des plus anciennes villes du monde. Les rebelles ont déjà détruit une grande partie de ce patrimoine et, s'ils trouvent l'occasion, ils ne se priveront pas d'anéantir des milliers d'années d'histoire et de coexistence pacifique en vigueur dans ce pays.

 

Mots-clés :
Catégories : Actualité Société A la une

Voir tous les articles de la catégorie 'Société'