Soirées du Ramadan : l’ARAV met en garde contre les caméras cachées abusives

Soirées du Ramadan : l’ARAV met en garde contre les caméras cachées abusives
Par Agence | 18 Mai 2017 | 17:37

Saisissant l’approche du mois sacré du Ramadan, l'Autorité de régulation de audiovisuel (ARAV), a lancé un appel à la responsabilité à ses partenaire de l’audiovisuel, sur le contenu des programmes télévisés à diffuser pendant cette période.

Dans un communiqué publié, ce jeudi, l’ARAV invite l’ensemble des chaînes télévisées, (privées et publiques) à " observer les principes d’intérêt général ", afin d’éviter de commettre les "dérives" constatées les années dernières, tout en veillant à présenter des programmes spéciaux ''qui soient un espace d’éveil à la fois spirituel et rationnel, conciliant authenticité et modernité."

L’ARAV exhorte, dans ce sens, l’ensemble de ses partenaires du champ audiovisuel à "souscrire volontairement à une forme d’autorégulation éthique et esthétique, en élaborant des programmes spéciaux qui soient pendant la période du ramadhan un espace d’éveil à la fois spirituel et rationnel, conciliant authenticité et modernité", ajoute la même source qui souligne le caractère abusif et parfois choquant de certains programmes, comme par exemple " les caméras cachées qui doivent faire l’objet d’un examen attentif ", avertit l'ARAV.

Et d’ajouter que souvent " ce genre d’émissions livrent, sous couvert de divertissement, des séquences dont la brutalité et la vulgarité sont une insulte à la dignité humaine."

L’Autorité révèle justement avoir déjà reçu, des plaintes de citoyens ayant été filmés à leur insu par des chaînes télévisées dans des situations "plus dévalorisante qu’humoristique", appelant par cette occasion "ces chaînes, qui se reconnaîtront, à respecter le droit à l’image de chaque individu."

Enfin, l’ARAV qui estime que durant ce mois sacré, " la spiritualité devrait prévaloir sur toute autre considération, notamment en veillant au dosage et à la programmation de certaines publicités qui poussent à une surconsommation préjudiciable à la santé, qui proposent des produits inappropriés au moment de la rupture du jeûne, sans oublier la publicité mensongère."

Cet appel à la responsabilité traduit " la volonté de l’ARAV d’apporter sa contribution à une amélioration des programmes, spécialement durant la période du ramadhan qui mérite un traitement à la mesure des valeurs partagées par tout un peuple spirituellement uni et solidaire", conclut le document.

Voir tous les articles de la catégorie 'Société'