RAJ dénonce "la fouille corporelle avec déshabillement des militantes par une policière" au commissariat de Baraki (Alger)

RAJ dénonce "la fouille corporelle avec déshabillement des militantes par une policière" au commissariat de Baraki (Alger)
Par Lila Ghali | 15 Avril 2019 | 07:01

L'Association Rassemblement Action Jeunesse (RAJ) a dénoncé dans un communiqué "la fouille corporelle avec déshabillement des militantes par une policière" au commissariat de Baraki (Alger) lors de leur interpellation samedi dernier au niveau de la grande poste pour avoir observé un rassemblement contre l'interdiction des manifestations.

RAJ rappelle, que "lors de l'interpellation ciblée, avant le rassemblement, de militantes du RAJ et celles du MDS au niveau de la grande poste, suite à l'interdiction du rassemblement qui devait ce tenir à la grande poste, la police a procédé au commissariat de Baraki à Alger à la fouille corporelle avec déshabillement des militantes par une policière chose qui n’est pas totalement adaptée à pareilles circonstances".

Le RAJ dénonce "ces comportements d'un autre âge et condamne avec force ces actes qui portent atteinte à la dignité de la personne humaine".

Le RAJ qualifie ces faits "de l’intimidation et de la pression inutiles sur les militantes ne visant qu’à démobiliser et décourager les Algériens de revendiquer leurs droits à la liberté de manifester et de rassemblement".

La dénonciation et la condamnation de ces faits graves a été unanimes par la classe politique et les organisations de défense des droits de l'homme alors que la direction générale de la sûreté nationale n'a toujours pas réagi à ces informations qui habituellement ne met pas de temps pour le faire.

Voir tous les articles de la catégorie 'Société'