Mokrane Ait Larbi écrit au procureur général : « Empêchez les figures de la corruption de quitter le pays ! »

 Mokrane Ait Larbi écrit au procureur général : « Empêchez les figures de la corruption de quitter le pays ! »
Par Nabil Semyane | 25 Mars 2019 | 12:07

L’avocat Mokrane Ait Larbi pour qui la société algérienne se divise entre citoyens honnêtes, d’une part  et corrompus et corrupteurs d’autre part, vient de saisir le Procureur Général près du Conseil de la justice d’Algérie pour lui demander d’empêcher ceux qui ont siphonné les richesses du pays pendant le long règne  du président Bouteflika de prendre la poudre d’Escampette.

Dans une lettre ouverte, publiée sur sa page Facebook, le très médiatique avocat commence par rappeler que « Les juges sont juges au nom du peuple et le peuple exige l'application de la loi conformément aux textes suivants ».

Il cite l’article 158 de la constitution, l’article 33 du code de procédure pénale et l’article 36 bis du code pénal qui dispose que «  le procureur de la République peut, sur la base d'un rapport motivé de la police judiciaire, ordonner l'interdiction de toute personne contre laquelle il y a des preuves d'implication dans un crime ou un délit de quitter le territoire national. »

Maitre Mokrane Ait Larbi, trouve les motivations de sa démarche près le Procureur de la République dans les revendications portées par le mouvement citoyen dont une des exigences est le procès des figures de la corruption.   

« C'est en tant que citoyen qui a participé aux marches de la révolution populaire pacifique, j'ai entendu la voix du peuple demandant la poursuite et la répression des têtes de corruption qui vous connaissez les têtes de la corruption, les intérêts de la sécurité, comme le peuple le sait. », fait-il valoir.

«Le peuple défend les intérêts de la société contre les principaux fauteurs de troubles » écrit l’avocat en rappelant le Procureur à son devoir d’engager des poursuites contre les personnes impliquées dans la corruption sans avoir à attendre « les instructions de ceux qui sont eux même impliqués dans la corruption ».

 « Vous savez que la loi vous impose, en tant que procureur scientifique, de demander au procureur de la République d'empêcher que ceux qui sont poursuivis pour des crimes de corruption ne quittent le territoire national, d'ouvrir une enquête et de les traduire en justice conformément à l'article 32 de la constitution. », souligne encore l’auteur de la lettre  qui réclame  l’ouverture des enquête contre ceux qui ont volé l’argent du peuple et les traduire en justice.

  « Si la loi permet de suivre les têtes de corruption sans plainte, qu'attend le ministère public pour appliquer la loi aux fauteurs de troubles en réponse aux demandes légitimes et légitimes du peuple ? », interpelle l’avocat en demandant au Procureur d’agir, car, conclut-il « Demain il sera trop tard ».

Voir tous les articles de la catégorie 'Société'