Médicaments : la problématique des ruptures récurrentes en voie d’être résolue ? (Vidéo)

Médicaments : la problématique des ruptures récurrentes  en voie d’être résolue ? (Vidéo)
Par Nourredine B | 12 Février 2019 | 19:22

Le président du Conseil National de l’Ordre des Pharmaciens CNOP), Lotfi Benbahmed, a résolument mis en avant la feuille de route élaborée, la semaine passée, par tous les intervenants de la chaine du médicament, dans le but de juguler des ruptures récurrentes  des médicaments, rendant dangereuse la situation pour la santé publique. 

En effet et s’exprimant, mardi, sur les ondes de la radio nationale, Benbahmed a  souligné que parmi les propositions contenues dans la feuille de route figurait  celle de pouvoir reformuler, quantitativement, les programmes d’importation et, le cas échéant, de les modifier en fonction des besoins, un mécanisme qui «a reçu  l’aval du ministère de la Santé, mais qui reste à  le vérifier dans les faits», observe-t-il, toutefois. 

Et de pointer, s’agissant des ruptures  des produits fabriqués à l’étranger, «la signature, parfois tardive, des programmes d’importation et  la  limitation de leur quota», a-t-il expliqué.

Mais pour le président du CNOP, au-delà de la réglementation, qui reste  à mettre en place pour organiser l’ensemble de ces décisions, il y a lieu «que soient, désormais, constitués des stocks stratégiques de traitements, couvrant une période de 90 jours, à reconstituer continuellement afin de  pallier les ruptures», préconise-t-il.

Egalement et pour une meilleure efficacité de la stratégie prônée, Benbahmed juge «indispensable» le développement, au niveau de la tutelle, un système d’information permettant de localiser l’imminence d’une rupture des médicaments nécessaires au traitement de toutes les pathologies.

Enfin, l’invité de la rédaction de la chaine3 a appelé à ce qu’également, les pouvoirs publics incluent dans la Loi sanitaire, un dispositif de lutte contre les ruptures de soins, dont il a rappelé, qu’outre leurs conséquences sanitaires sur les patients, elles provoquaient l’anxiété de leurs proches, «contraints de revenir demander un autre traitement à leur médecin, ou bien de visiter plusieurs officines pour tenter de trouver celui prescrit».


    

Voir tous les articles de la catégorie 'Société'