Mahrez illumine l’Algérie qui gagne et les partis… s’auto éliminent de la fête !

 Mahrez illumine l’Algérie qui gagne et les partis… s’auto éliminent  de la fête !
Par Agence | 15 Juillet 2019 | 16:33

La qualification historique de l’équipe nationale de football à la finale de la Coupe d’Afrique des Nations a provoqué un tsunami de bonheur dans les quatre coins du pays voire de la planète.

Les algériennes et les Algériens s’en sont donnés à cœur joie après ce magnifique exploit des coéquipiers de Mahrez qui ont réussi, l’espace d’un match de foot, de redonner du baume aux cœurs de leurs compatriotes, serrés par les incertitudes politiques et l’atmosphère viciée qui règne au pays.

Ce sont des moments uniques ou la joie et la communion nationales le disputent à la fierté et à l’ambition d’un peuple de montrer au monde son génie et son savoir-faire.

Dimanche soir, après le coup-franc catapulté par Ryad Mahrez en pleine lucarne, et le triomphe des Verts, il n y avait plus de place aux calculs.

Tout le peuple algérien- femme, hommes, vieux, vieilles, jeunes et moins jeunes- a explosé de joie et célébré jusqu’aux aurores ce tir de sommation du capitaine des Fennecs contre ceux qui pensaient que le destin de ce pays s’est irrémédiablement marié  avec l’échec et la soumission.

Ce coup-franc eut l’effet de coup d’estoc contre les tenants de l’ordre établi en vertu duquel l’Algérie serait vouée à souffrir.

Le coup de génie rageur de Mahrez signe une piqûre de rappel que ce pays d’Abane et Ben Mhidi ne s’avouera jamais vaincu, quelque soit l’adversaire.

Ce fut une libération pour des millions de téléspectateurs. Une libération qui sentait le parfum de liberté aussi.

Brahimi, Bensebaini, Guedioura et autres Belamri comprirent que leur exploit sportif était aussi un puissant stimulant à ce peuple algérien valeureux qui lutte depuis le 22 février pour recouvrer son droit de reprendre le contrôle de son destin.

Ils l’ont signifié de vive voix et en vidéo en entonnant le tube à succès de Soolking «Liberté».

C’était leur manière de partager le combat de leur peuple qui a pris d’assaut le pays des Pyramide pour leur donner de la voix et du courage. 

Ce furent des images et des paroles magnifiques qui scellent l’osmose entre les Verts et leur peuple, définitivement liés pour le meilleur et pour le…meilleur !

Soolking et Derradji

Comment ne pas dire un mot sur le commentaire très poignant de Hadid Deradji qui, la voix larmoyante, célébrait le but magistral de Mahrez tout en faisant un clin d’œil à cette Algérie qui souffre mais qui refuse de rompre !

Il faut porter ce pays dans les tripes pour ressentir cet incroyable sentiment de fierté d’appartenir à ce peuple vaillant et à cette terre «prospère où beaucoup de mères ont souffert» pour rependre feu Matoub Lounés.

Mais où était donc passés les leaders des partis politiques qui se gargarisent de patriotisme incantatoire, mais aussi ceux de l’opposition qui prétendent être aux côtés du peuple ?

Oui, dans le chaudron du Caire, ce n’était pas le pouvoir de fait qui a gagné, même si Bensalah s’est empressé de «flexer» une lettre de félicitation. Ce sont les enfants de ce peuple qui partagent ses soucis et ses inquiétudes.

Il est regrettable de constater que ces partis sont passés à côté d’un authentique exploit qui aurait pu leur servir de carburant pour porter haut et fort les aspirations légitimes de cette jeunesse qui gagne.

Ils auraient été dans leur cadre naturel de vouloir capitaliser politiquement un exploit sportif sans que personne n’ait crié au scandale.

Ils ont hélas raté une belle occasion de briller. Ils se sont bêtement auto-éliminés d’une fête nationale à laquelle ils auraient dû spontanément se mêler.

Qu’ils n’en viennent pas maintenant à accuser le pouvoir de vouloir récupérer l’événement.

Ils seraient également maladroits qu’ils justifient leur malheureux silence par le combat pour une Algérie libre et heureuse contre  le pouvoir de fait.

Ce serait  bête et méchant de faire un tel mélange des genres entre le triomphe populaire et national des coéquipiers de Mahrez et la résistance contre les tentatives d’avortement de la Révolution.

Dommage qu’ils n’aient pas eu la sagesse et la clairvoyance de  joindre l’utile à l’agréable. Ils ont perdu le match par forfait… 

Voir tous les articles de la catégorie 'Société'