Lutte contre le terrorisme :Haoués Riach évoque à Washington l’expértise de l’Algérie

 Lutte contre le terrorisme :Haoués Riach évoque à Washington l’expértise de l’Algérie
Par Nabil Semyane | 06 Décembre 2017 | 11:07

L’Algérie a combattu et vaincu le terrorisme seule grâce à une approche multisectorielle cohérente qui ne s’est pas limitée à la seule dimension sécuritaire, a indiqué à Washington l’ambassadeur conseiller en charge des questions sécuritairesinternationales, M. El Haouès Riache.

 "Le terrorisme a été vaincu en Algérie grâce à la combinaison d’un vaste ensemble de politiques et stratégies militaire, politique, religieuse, économique, sociale et éducationnelle", a déclaré l’ambassadeur conseiller lors d’une conférence organisée par le Think Tank américain Center for Strategic and International Studies (CSIS) sur le thème "la sécurité au Maghreb: identifier les menaces, évaluer les stratégies et définir lesuccès".

 M. Riache qui s’exprimait lors du premier panel de la conférence consacré à l’expérience des trois pays, l’Algérie, la Tunisie et le Maroc, dans la lutte contre l’extrémisme violent, a souligné que l’un des critères pour mesurer ce succès est "le très faible nombre" de recrues algériennes dans les rangs des groupes terroristes.

 Leur nombre se situe autour de 170 recrues, a relevé M. Riache, citant en cela le rapport du cabinet de consulting américain The Soufan Center qui avait classé l’Algérie en 2016 comme le pays le moins touché par le recrutement terroriste dans le monde en dépit de sa proximité géographique des zones affectées le terrorisme.

 Grace à sa riche expérience dans ce domaine, "l’Algérie a maintenu lapression militaire et sécuritaire" sur les groupuscules terroristes, qui tentent de survivre, a-t-il expliqué."Ce sont des petits groupes qui ne représentent plus de menaces pourl’économie, le fonctionnement des institutions et les populations", arelevé l’ambassadeur.

 En détaillant l’approche algérienne dans la lutte antiterroriste, M.Riache a relevé que les responsables algériens avaient "très vite compris que la réponse à l’extrémisme violent ne doit pas se limiter exclusivement à la seule dimension sécuritaire".

Il s’agissait aussi "d’isoler les groupes terroristes et de les empêcher de répandre leur idéologie extrémiste dans la société en renforçant la confiance des Algériens dans les institutions de l’Etat", a-t-il souligné, précisant que "des politiques et des stratégies ont été progressivement mises en uvre pour atteindre cet objectif ".


Et d’ajouter, "trois approches structurantes ont été lancées: le processus de réconciliation nationale, la promotion de la démocratie comme antidote à l’extrémisme violent, et la politique de déradicalisation multisectorielle" à laquelle ont contribué tous les acteurs de la société afin d’éliminer les

sources du radicalisme.

Mots-clés :

Voir tous les articles de la catégorie 'Société'