Louai Djaffar, organisateur de "Talents & Emploi": "Nous nous attendons à plus de 10 000 visiteurs"

Louai Djaffar, organisateur de "Talents & Emploi": "Nous nous attendons à plus de 10 000 visiteurs"
Par Amina Lakri | 16 Février 2017 | 11:16

En ces temps de vaches maigres pour l’économie nationale, des diplômés en quête d’un premier job et des chômeurs peinent à décrocher l’emploi souhaité. D’autres déjà en poste aspirent à une meilleure opportunité pour mieux s’épanouir. Pour ce faire, retour à la case départ ; éplucher les sites de recrutement, passer des annonces par-ci et par-là, prendre le taureau par les cornes en envoyant un paquet de demandes manuscrites accompagnées de Curriculum Vitae … pour finalement abdiquer et se dire « dans ce bled, pas de maarfia, pas de travail !»

Pourtant le marché du travail n'est pas forcément ainsi, et il est soumis à plusieurs facteurs, comme la loi de l'offre et de la demande.

Annuellement, le salon de l’emploi accueille des milliers de candidats dans le but de les rapprocher des entreprises en quête de leurs compétences. Dans cette optique, le salon « Talents et Emploi » ouvre ses portes du 16 au 18 février 2017, au Palais de la culture Moufdi Zakaria (Alger). Son organisateur et co-fondateur du site de recrutement Emploitic.com, Louai Djaffar, a bien voulu répondre à nos questions dans cet entretien ci-dessous.


Un mot sur la préparation de ce salon 

C’est la 7e édition du salon "Talents et Emploi" à Alger, en plus des nombreuses éditions régionales. Donc c’est devenu un rendez-vous important et pour les entreprises et pour les candidats.

L’idée de création répond au besoin de multiplier les espaces de rencontres entre recruteurs et demandeurs d’emploi et ce au-delà de ce que nous proposons sur notre site Emploitic.com.


Vous attendez-vous à une forte participation et quels seront les secteurs d’activité ciblés ?

Nous nous attendons à une fréquentation similaire à celle de l’édition précédente en 2016, avec un peu plus de 10 000 visiteurs. 

Pour ce qui est des secteurs qui seront présents à cet évènement, une cinquantaine d’entreprises de divers secteurs d’activités est attendue. Il s’agit notamment d’industries, de services, de télécommunication, de banques, de commerce et de distribution avec près de 500 offres d’emploi.


Le concept de cette édition est nouveau en Algérie puisqu'il ne s’agit pas seulement d’un carrefour de recrutement mais c’est aussi un forum de networking et d’échanges. Comment cela va-t-il se dérouler concrètement ?

Le networking se fait en parallèle des activités du salon qui reste dans une forme classique des salons d’emploi, c’est efficace et cela fonctionne. Les entreprises seront présentes à travers des stands, recevront les candidats et sélectionneront sur place ou ultérieurement ceux qui correspondent le plus à leurs besoins. 

En plus de ces activités, nous organiserons sur les stands d’Emploitic.com et avec la participation de plusieurs entreprises, des séances de coaching pour les candidats.


Que va apporter ce salon par rapport aux précédents ?

Connecter encore et toujours les Talents, les entreprises et les candidats, on le fait jamais assez ! Le marché a besoin de ces espaces d’intermédiation pour faciliter la rencontre de l’offre et de la demande.


Quelles recommandations pouvez-vous faire aux chercheurs d’emploi ?

Pour optimiser au mieux leur visite au salon, nous conseillons aux candidats de s’organiser et de se préparer comme pour un entretien d'embauche. Les rencontres qu’ils vont faire pourront être décisives pour leur avenir professionnel.


Malheureusement beaucoup de demandeurs d'emploi dont les recherches n’ont pas abouti pour une raison ou une autre, désespèrent pensant que s’ils ne sont pas pistonnés, ils n’ont aucune chance d’être embauchés. Qu’avez-vous à leur dire ?

Aujourd'hui, les entreprises quelles soient publiques ou privées, sont de plus en plus compétitives et ne peuvent pas se permettre de rater un recrutement. Elles essayent de recruter les meilleurs compétences, c’est ce que nous constatons avec nos clients.

Certes, la « maarifa » existe mais il ne faut pas exagérer ce phénomène qui reste lié à un certain type d'emploi. Il ne faut pas en faire une généralité.


Vous êtes l’organisateur de ce salon, et cofondateur du site Emploitic.com. Quelle est votre appréciation sur le marché de l’emploi dans cette conjoncture de crise économique ?

Notre lecture du marché de l’emploi n’est pas forcément sous l’angle de la crise économique que traverse l’Algérie. Nous constatons à travers nos clients de nouvelles tendances sur les secteurs qui recrutent le plus et les profils les plus recherchés. Notre économie est en mutation vers plus d’industrialisation et nous le constatons clairement à travers nos annonces.

La contrepartie c’est évidement moins d’opportunités d’emploi dans le secteur du commerce et de la distribution et un ralentissement du BTP.


Un message particulier à faire passer ?

Optimisme ! Nous demandons aux candidats d’être optimistes et de consacrer le temps et l’énergie nécessaires à leurs recherches. La recherche d’emploi est en soit un premier job !


Voir tous les articles de la catégorie 'Société'

Commentaires