Il les exhorte à fédérer leurs efforts: l'appel d'urgence du Pr Benbouzid aux personnels soignants

Il les exhorte à fédérer leurs efforts: l'appel d'urgence du Pr Benbouzid aux personnels soignants
Par Djamil Mesrer | 04 Juillet 2020 | 18:29

Le rebond spectaculaire de la pandémie du Coronavirus dans certaines régions du pays a mis sous pression structures et personnels  hospitaliers qui sont débordés par les flux quotidiens de nouveaux cas positifs.

Présent samedi à Ain Defla, dans le cadre d’une visite à l’hôpital de Khémis Miliana, le Pr Benbouzid a appelé les personnels hospitaliers à fédérer » leurs efforts dans la lutte contre la Covid-19, soutenant que cette démarche est à même de permettre d’endiguer la pandémie.

"En tant que médecins, nous n’avons désormais qu’un seul ennemi (la Covid-19, Ndlr) et c’est pour cette raison qu’il nous est absolument nécessaire de fédérer nos efforts dans la lutte contre ce redoutable virus", a-t-il expliqué en s’adressant aux soignants.

Il a attesté que l’avènement de la pandémie du nouveau coronavirus a fait que les acteurs activant au sein du secteur de la santé se trouvent, depuis un certain temps, "sous les feux de la rampe", soutenant que cet état de fait doit les inciter à se surpasser pour prendre en charge les doléances des citoyens en quête de soins.

Il a, dans ce contexte, noté qu’en raison de la propagation de la pandémie et des risques énormes de contaminations, tous les services des hôpitaux doivent travailler en étroite collaboration afin de prendre en charge, avec ,"la plus grande célérité possible", les malades atteints de Covid-19.

S’attardant sur le manque de lits signalé dans un certain nombre de structures hospitalières, il a souligné qu’à l’exception des services des urgences et de gynécologie obstétrique, tous les autres services doivent faire preuve de "solidarité" en en consacrant un certain nombre pour la prise en charge et le suivi des malades atteints par le Covid-19.

Estimant par ailleurs "inopportun" d’évoquer les dénominations "public/privé", il a fait remarquer qu'à l'heure actuelle, le plus important est de focaliser sur le malade et les moyens de sa prise en charge "avec célérité, sans perdre de vue l’aspect qualité des soins".

"En ces temps de pandémie, nous ne faisons pas de différence entre secteur public et privé. Indépendamment du fait que certains praticiens exercent dans le secteur public et d’autres dans le privé, il n’en reste pas moins que la santé forme un seul secteur", a-t-il affirmé.

Dans le but d’étayer son affirmation, il a indiqué que les tests PCR ainsi que les examens virologiques et de radio sont susceptibles d’être réalisés par les laboratoires privés, "l'important étant de prendre en charge le malade", a-t-il insisté.

L'appel du ministre de la Santé samedi à Ain Defla  intervient le jour même où le nombre de cas positifs est de 430, ce qui témoigne de l'urgence de la situation et de la nécessité de la mise en commun des moyens matériels et humains, conjugués à une prise de conscience citoyenne.   

Voir tous les articles de la catégorie 'Société'