Dzair-news fermée plutôt que prévu : les journalistes observent un sit-in devant le siège du groupe

 Dzair-news fermée plutôt que prévu : les journalistes observent un sit-in devant le siège du groupe
Par Hakim Megatli | 19 Juin 2019 | 13:26

img_5d0a2fd704edf.jpg

La chaîne de télévision Dzairnews a été finalement fermée plutôt que prévu.  L’administration du groupe Média Temps Nouveaux, a en effet ordonné ce mercredi matin la coupure du signal satellite au moment où des centaines des journalistes et techniciens tenaient un rassemblement devant la maison de la presse Tahar Djaout à Alger.

img_5d0a2edd3bbed.jpg



Ces derniers qui s’étaient donné rendez-vous là-bas pour dénoncer la «gestion catastrophique» du groupe et contester le licenciement collectif des travailleurs, voulaient transmettre en direct leur action de protestation au JT de 11h de Dzairnews. Mais quelle ne fut leur surprise de constater qu’il n’y avait aucun contact avec la régie au siège.

Renseignement pris, l’administration de la chaine a décidé sans les consulter d’arrêter dès aujourd’hui définitivement la diffusion tous les programmes de Dzairnews, alors qu’il était convenue de la fermer officiellement le 25 juin.

«Sans aucune annonce préalable, l’écran de Dzair news a subitement disparu après cinq années de travail, d’effort et de résistance suite à une décision de l’administration du groupe Temps Nouveaux. Ils nous ont privés de faire nos adieux au logo rouge de la chaîne. C’est un crime contre la profession et un crime contre les travailleurs et les journalistes», écrit, abattu, l’un des présentateurs vedettes qui a accompagné Dzairnews depuis sa naissance à sa mort, sur sa page Facebook.

Sa collègue, Mounia Safir qui présentait le JT de 11 h en direct a dit elle aussi sa tristesse d’assister en live à la mort de Dzairnews. En effet c’est au moment où elle présentait le journal que la diffusion a été coupée sans l’avertir. «C’est un crime contre la profession (…) c’est un combat des années qui s’évapore sans que l’on ait la chance de dire adieu au slogan rouge de Dzairnews» écrit-elle. .

C’est dire que les journalistes et techniciens des télévisions du groupe Haddad ont reçu ce mercredi une double peine.

Sortis sur la place publique dire leur insoutenable situation d’être privés de salaires depuis près de trois mois et désormais risquant de perdre leurs emplois, ils furent surpris de voir la télévision qu’ils ont vu naître et grandir, et qui les a lancé dans le bain de l’audiovisuel, afficher écran noir.


A l’heure où nous mettons en ligne, les personnels du Groupe Temps Nouveaux qui ont été choqué d’apprendre la nouvelle, organisent un sit-in devant le siège du groupe à Said Hamdine.

«Non aux licenciements collectifs !», «Non à la politisation du travail de journaliste ! », «C’est la «Issaba» qui a organisé la confusion dans l’audiovisuel… » pouvait-on lire entre autres sur des affiches brandies par les journalistes et les techniciens ‘air visiblement très inquiets.

 

   

 

   

 

   

  

Voir tous les articles de la catégorie 'Société'